•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le climat et la crise du logement incitent Svend Robinson à faire son retour en politique

Un homme parle devant des micros de journalistes.
Svend Robinson a annoncé mardi qu'il sera candidat du NPD aux prochaines élections fédérales. Photo: Radio-Canada / Julie Landry
Radio-Canada

Quinze ans après avoir quitté la politique fédérale, l'ancien député Svend Robinson annonce qu'il tentera de se faire élire à nouveau en Colombie-Britannique lors des prochaines élections fédérales. L'homme de 66 ans sera le candidat du Nouveau Parti démocratique (NPD) dans la circonscription de Burnaby-Nord-Seymour à l'automne 2019.

Lors de l’annonce de sa candidature, mardi matin, Svend Robinson a soutenu que les défis liés aux changements climatiques et le manque de logements abordables sont les principales raisons qui l’ont poussé à faire un retour en politique. « Je me présente parce qu’il y a deux crises fondamentales qui touchent notre communauté et notre planète », affirme-t-il.

Le candidat néo-démocrate soutient que les prochaines élections fédérales représentent « la dernière occasion de faire changer les choses » en ce qui concerne le réchauffement climatique. « Le prochain mandat, c’est le mandat qui va décider si la planète a un futur », croit Svend Robinson.

Je crois qu’on doit vraiment déclarer une guerre contre les changements climatiques. C’est la crise qui menace notre planète.

Svend Robinson, candidat du NPD dans Burnaby-Nord-Seymour

En ce qui concerne la crise du logement, l’ancien député dit vouloir prendre une approche « fondamentalement différente » pour faire face aux problèmes. « Dans cette circonscription de Burnaby-Nord-Seymour, c’est impossible pour une jeune famille d’avoir un logement, dit-il. [Il faut] une reconnaissance que le marché ne peut pas répondre à ces défis. Il faut un rôle clef du gouvernement. »

Selon Svend Robinson, l’annonce de sa candidature plus de neuf mois avant la tenue des élections n’est pas liée à l’élection partielle en cours dans Burnaby-Sud, lors de laquelle le chef du NPD, Jagmeet Singh, espère se faire élire.

Il reconnaît tout de même que son retour au sein du parti néo-démocrate pourrait aider son chef dans sa campagne. « Il y a quelques commentaires qui disent qu’il y a pas mal de députés qui quittent le caucus, explique-t-il. Ce n’est pas une mauvaise chose qu’un ancien, un vieux routier, revienne pour appuyer Jagmeet et le parti. »

« Une erreur terrible »

Svend Robinson a représenté la circonscription de Burnaby pendant 25 ans, jusqu’à ce qu’il quitte la scène politique en 2004, après avoir admis qu’il avait volé une bague de valeur lors d’un encan.

Il avait alors expliqué son geste par le stress et des problèmes psychologiques, et l'avait qualifié de « purement irrationnel ». Reconnaissant qu’il souffrait de problèmes de santé mentale au moment des faits, le tribunal lui avait accordé une absolution sous conditions.

J’ai fait une erreur terrible il y a 15 ans, mais je demande aux électeurs, aux Canadiens, de ne pas me juger seulement sur une erreur importante, mais de me juger sur ma vie de service. Vingt-cinq ans comme député, une décennie dans l’aide humanitaire internationale, ça, c’est Svend Robinson. Ça, c’est la personne que je suis.

Svend Robinson, candidat du NPD dans Burnaby-Nord-Seymour

Pendant ses années en politique fédérale, Svend Robinson s’est notamment battu pour l’aide médicale à mourir et a défendu les droits de la communauté LGBT. En 1988, il est devenu le premier député ouvertement gai au Canada.

Il avait tenté de se faire réélire aux élections de 2006, mais il avait été défait par la candidate libérale Hedy Fry dans la circonscription de Vancouver-Centre.

Colombie-Britannique et Yukon

Politique fédérale