•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pierre Robitaille : maître marionnettiste

Pierre Robitaille à l'oeuvre lors du spectacle Cabaret Gainsbourg. Le marionnettiste manipule un petit Serge Gainsbourg qui joue du piano.
Pierre Robitaille à l'oeuvre lors du spectacle Cabaret Gainsbourg Photo: Denis Baribault
Anne-Josée Cameron

Le réputé marionnettiste Pierre Robitaille, prête ses multiples talents à la pièce Lascaux, présentée au Théâtre Périscope. Rencontre avec un artiste au sommet de son art.

Passionné de théâtre et d’art visuel, Pierre Robitaille cherche sa voie jusqu’au jour où il rencontre Robert Marois. Celui-ci, finissant de l’UQAM, monte alors un Brecht avec des marionnettes. C’est pour Pierre Robitaille une véritable révélation!

Je me suis dit Euréka! Un vrai coup de foudre! J’avais trouvé ce que je voulais faire de ma vie. Je ferai de la marionnette pour adultes.

Pierre Robitaille, au sujet de sa découverte du métier de marionnettiste

Malheureusement, à l’époque, aucune formation ne se donne au Québec. La seule école de marionnettistes se trouve derrière le Rideau de fer, en Tchécoslovaquie. Pierre Robitaille devient donc un artiste autodidacte. Il suit, au fil des ans, diverses formations qui lui permettent de devenir un expert de la marionnette.

La création comme moteur

Le marionnettiste enchaîne les projets, fonde successivement, avec Robert Marois, Animarion et Les trois petits tours. Il poursuit aussi divers projets à la télé. Il fait partie de Via Québec avec Michel Jasmin, du Château du bonheur, de Kim et Clip et de La Ribambelle.

Le comédien-marionnettiste Pierre RobitailleLe comédien-marionnettiste Pierre Robitaille Photo : Isabelle Bergeron

Son aventure télévisuelle se termine en 1996. Il crée alors avec des amis (la scénographe Sylvie Courberon et le regretté Bernard Grondin) la pièce Faust, pantin du diable au parc de l’Artillerie. C'est un énorme succès qui entraîne la création de Pupulus Mordicus.

Ça été un succès fou, un événement !

Pierre Robitaille, au sujet de la pièce Faust, pantin du diable, qui deviendra la première création de Pupulus Mordicus

Une signature

« La griffe Pupulus Mordicus, c’est la jonction du comédien et de la marionnette, soutient Pierre Robitaille. La force de l’interprétation et de la manipulation, c’est non seulement ça, mais aussi la relation entre les deux. C’est-à-dire que si la personnalité de la marionnette semble détachée du marionnettiste, c’est encore plus fort. Surtout s'ils ont en conflit. »

À cheval entre deux univers, le créateur explique faire un usage très scrupuleux des marionnettes : « Jamais je ne mettrais une marionnette là où un acteur peut jouer. »

Pierre Robitaille, Les véritables aventures de Don Quichotte de la Mancha, 2016 L'acteur déguisé en Don Quichotte manipule une marionnette représentant Don Quichotte.Pierre Robitaille, Les véritables aventures de Don Quichotte de la Mancha, 2016 Photo : Denis Bourgeois

« La marionnette est une métaphore. Elle apporte un sens supplémentaire. Elle peut se démembrer, se remembrer, elle peut mourir sur scène et être morte pour vrai », affirme en souriant l’artiste, qui a une préférence pour les marionnettes de table et les marionnettes frontales.

Même après 30 ans de carrière, Pierre Robitaille demeure fasciné par la marionnette. Elle suscite, selon lui, « quelque chose d’atavique. On est toujours fasciné par un objet qui prend vie », ajoute-t-il.

Lascaux

Toujours très occupé, le fondateur de Pupulus Mordicus travaille en ce moment sur un texte de la dramaturge Jasmine Dubé.

« C’est une femme qui fuit un cataclysme, révèle celui qui assure la co-mise en scène de Lascaux. En fuyant, elle tombe dans une grotte dont elle est incapable de sortir. Désespérée, elle décide d’en finir, mais découvre in extremis qu’elle est enceinte. C’est une belle pièce sur l’espoir et la transmission. »

« C’est une pièce très particulière. Il faut se laisser envahir par les tableaux, par la musique des textes de Jasmine Dubé », assure celui qui, au fil des ans, est devenu l'un des maîtres marionnettistes au Québec.

D'ailleurs, l'expert ressent désormais un désir de transmission. Il donne régulièrement des formations, ici comme ailleurs, et accepte de plus en plus d'être le mentor d'artistes de la relève.

« J'ai encore la fougue de mes débuts, assure-t-il. C’est sûr que physiquement je vais parfois trop loin, admet-il en riant, mais j’ai encore la fougue de faire de la recherche, de faire ce que j'aime. »

Une excellente nouvelle pour tous ceux qui adorent son travail depuis plus de 30 ans!

La pièce Lascaux est présentée au Théâtre Périscope jusqu'au 2 février 2019.

Arts