•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Monoxyde de carbone dans une école : un joint du système de chauffage en cause

Deux autobus scolaires devant l'école
Les élèves sont retournés en classe mercredi à l'école Les Découvreurs. Photo: Radio-Canada / Charles Contant

Les émanations de monoxyde de carbone qui ont entraîné l'hospitalisation de 43 personnes lundi se sont produites à la suite de « la rupture d'un joint du système de chauffage » de l'école Les Découvreurs, indique la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys (CSMB) dans un communiqué.

La CSMB dit avoir apporté les correctifs nécessaires au système de chauffage de cette école située dans l’arrondissement montréalais de LaSalle, lequel ne présentait « aucune défaillance » au moment de son inspection l'automne dernier.

Le détecteur de monoxyde de carbone de l’école a pour sa part été remplacé. Il avait lui aussi été inspecté l’automne dernier et ne présentait lui non plus « aucun signe de défaillance ». C'est l'entreprise Detekta Solutions qui avait procédé à cette vérification le 25 octobre, a confirmé son PDG, Yves Trudel.

La Commission scolaire souligne avoir vérifié que tous ses établissements étaient bien munis de tels détecteurs de monoxyde de carbone.

L’école a rouvert ses portes mercredi, les analyses de la qualité de l’air ayant montré « que les concentrations sont conformes aux normes reconnues et qu’aucune concentration anormale de gaz n’a été détectée », indique la CSMB.

Des professionnels étaient présents sur place pour soutenir les élèves et le personnel, et veiller à ce que « la rentrée se déroule harmonieusement ».

Toutes les écoles inspectées

Mardi matin, la présidente de la CSMB, Diane Lamarche-Venne, a indiqué que tous les établissements de son territoire seraient inspectés. Les systèmes de chauffage de ces écoles, de même que leurs détecteurs de monoxyde de carbone et de méthane, doivent être examinés.

Le ministre de l’Éducation du Québec, Jean-François Roberge, attend d’avoir plus d’informations avant de prendre d’éventuelles mesures.

« On va prendre le temps de faire un post mortem solide. Quand on aura la bonne information, on prendra la bonne décision, à savoir si on rehausse les exigences ou si on demande de nouvelles inspections à la grandeur du Québec. […] Si c’est nécessaire, on va le faire », a-t-il dit.

Concentrations élevées de monoxyde de carbone

Un fourgonnette du fournisseur de gaz naturel Énergir devant l'école Les DécouvreursL'école Les Découvreurs a un système de chauffage au gaz naturel. Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Lundi, dans les corridors de l’école Les Découvreurs, les pompiers ont mesuré un taux de monoxyde de carbone de 175 parties par million (ppm), soit cinq fois plus que celui qui nécessite une évacuation, a indiqué Éric Martel, chef média et chef aux opérations du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM). Dans le secteur de la chaufferie, cette concentration atteignait 900 ppm.

Les écoles n'ont pas l'obligation de se munir de détecteurs de monoxyde de carbone, mais la Régie du bâtiment le recommande fortement.

Le Code du bâtiment et le Code de la construction n'obligent à installer des détecteurs que dans les bâtiments chauffés par combustion (au bois, à l'huile ou au gaz naturel) qui sont « un lieu de sommeil », tels les établissements de soins comme les hôpitaux, les résidences pour personnes âgées, les hôtels ou les motels, indique un porte-parole de la Régie du bâtiment.

35 enfants et 8 adultes hospitalisés

Lundi avant-midi, quelque 300 personnes ont été évacuées de l’école Les Découvreurs après que certaines personnes eurent présenté les mêmes symptômes, soit des nausées, des vomissements et des étourdissements. En tout 35 enfants et 8 adultes ont dû être hospitalisés dans quatre hôpitaux.

Neuf des enfants ont perdu connaissance et un autre a eu des pertes d’équilibre, ce qui a entraîné leur transfert à l’Hôpital du Sacré-Cœur, où ils ont reçu un court traitement en chambre hyperbare pour éviter des séquelles neurologiques, a indiqué le docteur Dominic Chalut, urgentologue pédiatre à cet hôpital.

Les personnes hospitalisées ont reçu leur congé de l’hôpital. Quelques parents ont également emmené leurs enfants à l'urgence lundi soir et mardi matin parce qu'ils présentaient des symptômes d'intoxication, mais ces enfants sont tous rentrés chez eux.

L’intoxication au monoxyde de carbone

Le monoxyde de carbone est un gaz qui est produit lorsque des combustibles comme de l’essence, du gaz, du bois ou du mazout sont brûlés dans un appareil ou un véhicule.

Comme il est incolore et inodore, seul un détecteur de monoxyde de carbone peut le déceler dans l’air.

L’intoxication survient habituellement lorsque ce gaz est émis dans un endroit insuffisamment aéré. Elle peut entraîner de graves problèmes de santé et même causer la mort.

Les symptômes varient selon la gravité de l’intoxication.

  • Intoxication légère : maux de tête, fatigue, nausée, vomissements;
  • Intoxication plus importante : étourdissements, fatigue, douleurs dans la poitrine, troubles de la vision, difficultés de concentration;
  • Intoxication grave : problèmes de coordination des mouvements ou paralysie musculaire, perte de conscience.

La toxicité du monoxyde de carbone provient du fait qu’il se fixe à l’hémoglobine du sang, ce qui empêche cette molécule d’assurer le transport de l’oxygène dans l’organisme.

Sources : Gouvernement du Québec, INSPQ

Avec les informations de La Presse canadienne, et Catherine Gauthier

Grand Montréal

Éducation