•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un simple test de salive pour estimer les risques d'avoir le cancer du sein

Plusieurs centaines de chercheurs à travers le monde ont récolté des échantillons d'ADN Photo: iStock
Radio-Canada

Un simple test de salive pourrait permettre un jour d'estimer avec précision le risque qu'une femme soit atteinte d'un cancer du sein au cours de sa vie.

Des chercheurs de l'Université Laval et du CHU de Québec ont récemment participé à l'élaboration d'un test basé sur un modèle statistique.

Le modèle tient compte des antécédents familiaux, des facteurs hormonaux et des habitudes de vie.

Plusieurs centaines de chercheurs à travers le monde ont récolté des échantillons d'ADN auprès de 94 000 femmes qui ont eu un cancer du sein et un groupe témoin de 75 000 femmes.

Le modèle mis au point aiderait à personnaliser le test de dépistage du cancer du sein, selon le professeur Jacques Simard, de la Chaire de recherche du Canada en oncogénétique, à l'Université Laval.

« Grâce aux prédictions de notre modèle, il sera possible d’établir un risque individuel pour chaque femme et de lui proposer une approche de dépistage personnalisée, peu importe l’âge, explique le chercheur. Il lui suffira de fournir un échantillon de salive à une seule reprise au cours de sa vie lorsqu'elle aura atteint, par exemple, le début de la quarantaine ».

Autant au Québec qu'au Canada, le dépistage se fait essentiellement par la mammographie et cible des femmes de 50 à 69 ans.

Bon nombre de femmes à haut risque échappent au dépistage préventif.

Cancer

Santé