•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un appareil pour traiter les dépressions majeures à Rivière-du-Loup

Une personne se tenant les mains

Environ 40 patients du CHRGP sont actuellement pris en charge au moyen de la stimulation magnétique.

Photo : Radio-Canada

Jérôme Lévesque-Boucher

La Fondation du Centre hospitalier du Grand-Portage (CHRGP) a acheté un appareil à stimulation magnétique transcrânienne rTMS pour soigner les patients qui souffrent de problème de santé mentale. Ce dispositif a pour but de traiter de façon non pharmacologique les troubles comme la dépression majeure, notamment.

Selon les médecins psychiatres de l'établissement, très peu de régions au Québec peuvent compter actuellement sur un tel type d'appareil.

Chaque patient reçoit entre 20 et 30 séances de rTMS dont la durée peut varier entre 3 et 40 minutes chacune selon le protocole choisi, explique le docteur Emmanuel Tremblay. Le tout s'échelonne sur une période de 4 à 6 semaines, ajoute Dr Tremblay.

Selon le docteur Jean-François de la Sablonnière, les premières données démontreraient que la stimulation magnétique serait plus efficace que les électrochocs sur une longue période. On a des indices qui vont vers ça. On demeure prudent et on s'efforce de ne pas trop s'enthousiasmer devant ces résultats préliminaires. Sauf que oui, nous avons des indices qu'on aurait un effet structural qui pourrait modifier le cours du trouble dépressif, souligne Dr de la Sablonnière.

Les deux psychiatres affirment qu'une quarantaine de patients du CHRGP reçoivent déjà des traitements avec l'appareil. Ils sont âgés de 18 et 84 ans, précise docteur Tremblay.

L'appareil de stimulation magnétique transcrânienne rTMS acheté par la Fondation du Centre hospitalier régional du Grand-Portage.

L'appareil de stimulation magnétique transcrânienne rTMS acheté par la Fondation du Centre hospitalier régional du Grand-Portage.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Lévesque-Boucher

Des traitements beaucoup moins invasifs

Une chose est certaine: la stimulation magnétique offre des traitements beaucoup moins invasifs que par le passé.

Pour stimuler de façon focale le cortex cérébral, avant qu'on ait une technique comme le rTMS, il fallait décalotter le cerveau! [...] Aujourd'hui, on peut le faire avec une personne pleinement éveillée, sans souffrance, sans anesthésie. Il y a un petit côté magique à tout ça.

Dr Jean-François de la Sablonnière, médecin psychiatre au CHRGP
Dr Jean-François de la Sablonnière (à gauche) et Dr Emmanuel Tremblay (à droite).

Les médecins psychiatres du CHRGP, Dr Jean-François de la Sablonnière (à gauche) et Dr Emmanuel Tremblay (à droite).

Photo : Radio-Canada / Jérôme Lévesque-Boucher

Une priorité pour la Fondation

La directrice générale de la Fondation du CHRGP, Isabelle Dubé, affirme que l'appareil à stimulation magnétique faisait partie des priorités de la Fondation. On y croyait beaucoup. Ça rend les soins pour la santé mentale plus accessible aux gens d'ici. On est les seuls dans l'Est-du-Québec [à posséder l'appareil], précise-t-elle.

Quand on a deux psychiatres qui y croient autant et qui nous prouvent que ça change la vie des gens, c'est difficile de ne pas embarquer.

Isabelle Dubé, directrice générale de la Fondation du CHRGP

Prochaines étapes

Après le projet pilote, Dr Tremblay et Dr de la Sablonnière souhaitent rendre le service possible à l'ensemble du territoire couvert par le CISSS du Bas-Saint-Laurent.

On travaille également avec l'Université Laval parce qu'il y a visiblement des champs d'application beaucoup plus larges avec le rTMS qui peuvent être intéressants et pour lesquels on manque de données en ce moment. Ça implique des volets de recherche avec des standards de pratique qui sont très élevés, conclut Dr de la Sablonnière.

Des investissements de 89 000 $ ont été nécessaires pour acheter l'appareil. Les Fonds communautaires Bell cause pour la cause ont contribué financièrement à l'achat de l'appareil en offrant 25 000 $ à la Fondation du CHRGP. Pour compléter le financement, on ajoute 34 000 $ de la campagne de financement annuelle 2017 et 31 000 $ provenant de l'activité Golf en santé que nous avions organisée en 2017, précise Isabelle Dubé, directrice générale de la Fondation.

Bas-Saint-Laurent

Santé mentale