•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un juge recommande la réévaluation de toutes les garderies en Alberta

Une enfant de 11 mois, habillée avec une veste rose, s'amuse sur un tapis rouge montrant des personnages qui entoure un jeu de marelle numéroté.

Un poupon de 11 mois joue sur un tapis représentant le jeu de la marelle.

Photo : Getty Images / Sean Gallup

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un juge albertain suggère la réévaluation de l'ensemble des services de garde de la province, à la suite la mort d'une fillette de 22 mois alors qu'elle se trouvait dans une garderie privée.

Mackenzy Woolfsmith a été retrouvée en mai 2012, blessée, dans la garderie qu'elle fréquentait.

Sa surveillante, Caitlyn Jarosz, avait alors indiqué que l'enfant était tombée dans l'escalier.

Son décès a été constaté à l'hôpital. Elle avait subi d'importantes blessures au cerveau et à la moelle épinière.

« La mort de Mackenzy alors qu'elle était sous la garde de celle qui devait assurer sa sécurité a été une tragédie et une perte terrible pour ses parents et pour sa famille », écrit le juge Josh Hawkes dans un rapport de 14 pages déposé lundi.

Le magistrat recommande au gouvernement d'entamer une réévaluation complète des lois, des politiques et des règles qui gouvernent la garde des enfants en Alberta.

« Les risques encourus par les poupons sont réels, écrit le juge. D'autres provinces ont revu l'ensemble de leurs garderies en fonction des risques que celles-ci présentaient pour les enfants. Je recommande fortement que l'Alberta entreprenne un tel examen, de manière à réduire l'occurrence de telles tragédies. »

Mackenzy Woolfsmith, 11 mois, affiche de grands yeux gris et alors qu'elle regarde vers la droite, sourire en coin.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La petite Mackenzy Woolfsmith, 11 mois, est morte alors qu'elle était dans une garderie privée.

Photo : Image partagée par la famille Woolfsmith

Le juge affirme qu'actuellement la réglementation albertaine s'attarde davantage à limiter la taille des garderies qui sont exploitées sans permis. Celles-ci doivent accueillir six enfants ou moins en vertu de la loi. Selon lui, le gouvernement devrait plutôt évaluer les risques que comportent les milieux de garde posent pour les enfants et assurer la sécurité des plus vulnérables.

Le rapport recommande qu'une telle évaluation soit réalisée à l'ensemble des garderies, qu'elles soient privées ou publiques.

« La mort d'un enfant placé sous la garde d'une personne de confiance est le pire cauchemar que puissent vivre des parents, écrit le juge Josh Hawkes dans son rapport. Que ce cas ne soit pas isolé, mais constitue plutôt l'environnement habituel qui fait courir des risques aux enfants et aux gardiens est un problème grave dont on doit s'occuper rapidement et de façon constante. »

Interrogée au sujet du rapport déposé lundi, la première ministre Rachel Notley a admis ne pas en connaître tous les détails.

« Nous savons cependant qu'il reste encore beaucoup de choses à faire et qu'il est vraiment fondamental que les enfants puissent évoluer dans un environnement qui assure leur sécurité, affirme la première ministre. Nous devons nous assurer que la protection des plus jeunes est une priorité. Nous avons déjà commencé ce travail et nous comptons bien le poursuivre à l'avenir. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !