•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au moins six morts dans une attaque terroriste dans un hôtel de Nairobi

Des voitures en flammes.
Des voitures flambent à l'entrée du complexe hôtelier Dusit, à Nairobi. Photo: Reuters / Thomas Mukoya
Radio-Canada

Au moins six personnes ont été tuées dans une attaque terroriste perpétrée mardi par des hommes armés liés au groupe islamiste radical somalien Al-Shabab dans un complexe de Nairobi, au Kenya, regroupant un hôtel, des restaurants et des immeubles de bureaux.

Un photographe de l'AFP a vu les cadavres de cinq victimes affalés sur les tables, à la terrasse d'un restaurant du complexe, et le corps d'un kamikaze qui avait fait détoner sa ceinture d'explosifs.

Dans une brève déclaration, le département d'État a confirmé la mort d’un citoyen américain lors de l’attaque.

Le ministre kenyan de l'Intérieur, Fred Matian'i, a laissé entendre dans une brève déclaration retransmise à la télévision que la situation était « maîtrisée » et que le pays était « en sécurité ».

Nos équipes de sécurité ont évacué de nombreux Kényans et ressortissants d'autres pays des immeubles. Nous sommes dans les dernières étapes du nettoyage et de la protection des preuves, et nous documentons les conséquences de cet événement malheureux.

Fred Matian'i, ministre kényan de l'Intérieur

D'après le chef de la police kényane, Joseph Boinnet, l'attaque a commencé par l'explosion de trois véhicules stationnés devant une banque, suivie peu après de l'attentat perpétré par un kamikaze dans le hall de l'hôtel DusitD2, qui a fait de nombreux blessés.

Le groupe d'hommes lourdement armés a ensuite pris d'assaut le complexe hôtelier. Les autorités kényanes ont mis en place un vaste périmètre de sécurité autour de l’hôtel DusitD2, dans le quartier des affaires, dans le nord de Nairobi, avant de tenter de reprendre le contrôle des lieux.

D'intenses échanges de coups de feu et des déflagrations entendues à plusieurs kilomètres à la ronde ont été rapportés par la suite.

Des soldats se cachent derrière un camion.Des soldats se protègent des tirs des terroristes sur le complexe hôtelier DusitD2, à Nairobi. Photo : AFP/Getty Images / RAPHAEL AMBASU

L'attaque a été revendiquée par le groupe terroriste somalien Al-Shabab dans un court message diffusé par leur agence de presse Shahada. « Nous sommes derrière l'attaque à Nairobi », a plus tard déclaré à l'agence Reuters le porte-parole d'Al-Shabab, Abdiasis Abou Moussab.

La police n'a pour sa part donné aucune information sur les auteurs de l'attaque ni sur les motifs qui les animent. Le chef de la police kényane, Joseph Boinnet, s'est contenté d'évoquer une « attaque coordonnée » perpétrée par un commando d'hommes armés.

Un soldat escorte des civils qui tentent de fuir l'hôtel DusitD2. Un soldat escorte des civils qui tentent de fuir l'hôtel DusitD2. Photo : Reuters / Baz Ratner

En matinée, des images de la télévision locale montraient des colonnes de fumée noire qui s’élevaient au-dessus du secteur cossu de la capitale kényane, où de nombreux policiers, soldats et membres des forces antiterroristes sont déployés.

Les images de la télévision montraient aussi plusieurs voitures en feu et des hélicoptères survolant la zone de l'attaque.

Une autre explosion a plus tard été rapportée lorsque les forces de sécurité ont détruit le véhicule avec lequel les terroristes sont entrés dans le périmètre de l'hôtel de luxe.

Des dizaines de personnes ont été évacuées du site, au fur et à mesure que les forces de sécurité poursuivaient leur progression dans les rues et les immeubles du complexe.

Des soldats et policiers armés dans une rue.Des policiers et des membres des forces de sécurité kényanes progressent lentement dans les rues du complexe hôtelier attaqué. Photo : Reuters / Thomas Mukoya

Le Kenya est régulièrement la cible d'attentats des milices Al-Shabab depuis que Nairobi a déployé des troupes en Somalie, en 2011, pour lutter contre cette organisation islamiste liée à Al-Qaïda qui déstabilise la région en vue d'étendre son influence dans la Corne de l'Afrique.

Les milices Al-Shabab ont revendiqué les deux derniers attentats les plus meurtriers au Kenya : celui du centre commercial Westgate en 2013 (67 morts) et celui de l'université de Garissa en 2015 (148 victimes).

Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Afrique

International