•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les médecins albertains majoritairement exemptés d'une formation sur la sensibilité culturelle

Un médecin vêtu de son sarrau, avec un stétoscope lui tombant sur les épaules.
Moins de 1,5 % des médecins de la province se sont inscrits à une formation pourtant obligatoire imposée par le gouvernement pour sensibiliser les employés du réseau de la santé aux réalités autochtones. Photo: Getty Images / Joe Raedle
Radio-Canada

À la suite de plusieurs scandales liés à des épisodes de racisme dans le réseau de la santé, Services de Santé Alberta (AHS) a décidé d'imposer des formations de sensibilisation aux réalités autochtones à l'ensemble de sa main-d'oeuvre. La majorité des médecins de la province, toutefois, y échappent, puisqu'ils sont considérés comme des sous-traitants et non comme des employés.

L’avocate Ingrid Hess estime qu’il est inacceptable que les médecins ne suivent pas cette formation, pourtant obligatoire pour les autres travailleurs du réseau de la santé.

« C’est impensable que les médecins n'aient pas de préjugés », affirme-t-elle.

Mme Hess cite en exemple un incident où un médecin a intimé à un groupe d’itinérants autochtones de « trouver un emploi » avant de leur demander s’ils voulaient une ordonnance pour du Tylenol 3. L’avocate a porté plainte à ce sujet au Collège des médecins de l’Alberta.

Le Collège a reconnu que le comportement du médecin avait été « dommageable », mais a rejeté la plainte de racisme portée contre lui. Ingrid Heiss dit qu’un grand nombre d’Autochtones lui ont par la suite raconté des histoires semblables.

Seulement 58 médecins sur 4000

La présidente d'AHS, Verna Yiu, a promis d’améliorer « les compétences et la sensibilité culturelle » des employés, après qu'une travailleuse eut traité une directrice d’école de « squaw enragée » dans un message texte, l’an dernier. La directrice est membre de la tribu Blood.

Services de Santé Alberta avait alors décidé d’imposer une formation sur la sensibilisation aux réalités culturelles autochtones à tous ses employés ainsi qu’à ceux de l’agence de santé catholique Covenant Health.

La majorité des médecins ne sont toutefois pas considérés comme des employés du gouvernement, et seul le Collège des médecins de l’Alberta peut les obliger à suivre des formations. Le Collège a indiqué qu'il n’avait pas l’intention de le faire dans ce cas-ci, selon la porte-parole Jessica McPhee, car les plaintes qu’il reçoit pour discrimination sont « extrêmement rares ».

La formation imposée par Services de santé Alberta se décline en deux volets. Pour ce qui est du premier, tous les employés doivent visionner, d'ici novembre prochain, une vidéo de 30 minutes qui retrace l'histoire autochtone dans la province.

Pour le second volet, l'ensemble des salariés du réseau de santé devra, au cours des trois prochaines années, suivre sept cours en ligne portant sur les pratiques culturelles et l'histoire des peuples autochtones.

Il y a trois mois, seuls 58 des 4000 médecins de la province avaient suivi la formation, selon Esther Tailfeathers, médecin chargée d'un réseau de santé autochtone au sein de Services de santé Alberta.

Mme Tailfeathers croit que le corps médical est encore aux prises avec des préjugés contre les Premières Nations. Elle milite pour que des cours de sensibilisation aux réalités des peuples autochtones deviennent obligatoires dans les écoles de médecine et d'infirmières.

« Nous savons que beaucoup de patients évitent le système de santé en raison des situations négatives qu'ils y vivent, explique-t-elle. Cela les décourage d'obtenir des soins avant que leur situation ne se détériore et ne devienne une urgence. »

Avec les informations de Reid Southwick, CBC News

Autochtones

Santé