•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Vue aérienne du site de la mine LaRonde, d'Agnico Eagle

Vue aérienne du site de la mine LaRonde, d'Agnico Eagle

Photo : SITE : Agnico Eagle Limited

Marie-Hélène Paquin

Un nouveau coup de toit s'est produit en fin de journée, lundi, à la mine LaRonde, d'Agnico Eagle, située à Preissac.

Selon les données préliminaires de Ressources naturelles Canada, il serait de magnitude 3,3.

Des citoyens de Preissac, Rivière-Héva et Malartic ont affirmé avoir ressenti quatre secousses sismiques vers 17 h 25.

En entrevue à Région zéro 8, le sismoloque à Ressources naturelles Canada, Maurice Lamontagne, a confirmé qu'il s'agissait bien d'un coup de toit.

Sur notre réseau sismographique, on a détecté deux événements, qui auraient été à 17 h 22 et 17 h 27. Le premier était de magnitude 3,2 et le deuxième 3,3. Ce que je vous dis, ce sont les localisations automatiques, qui ne sont pas nécessairement très précises, donc on va pouvoir raffiner ça d'ici à demain matin, mais ça semble effectivement tout près de la mine. On sait qu'il y a très peu de tremblements de terre naturels en Abitibi, alors c'est probablement lié aux activités minières dans ce secteur-là, explique-t-il.

Maurice Lamontagne, sismologue à Ressources naturelles Canada.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Maurice Lamontagne, sismologue à Ressources naturelles Canada.

Photo : Radio-Canada

Entre deux quarts

Lundi soir, Agnico Eagle a affirmé que l'événement était survenu entre deux quarts de travail, et qu'il n'y avait donc personne sous terre au moment de l'événement.

Mardi matin, elle affirmait que le quart de nuit a eu lieu comme prévu et que les employés ont été rencontrés au préalable.

La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail assure faire le suivi de l'événement sismique. Le porte-parole, Yvon Grégoire, a peu d'informations pour le moment.

Il s'agirait d'un événement qui a eu lieu à l'extérieur des activités régulières de la mine. Des discussions auront lieu mardi entre la minière et la CNESST.

Ça nous préoccupe alors nous de notre côté, on prend les responsabilités dans le sens qu'on fait le travail qui doit se faire pour s'assurer que les travailleurs vont effectuer les travaux dans un milieu sécuritaire.

Yvon Grégoire, porte-parole de la CNESST

Pas le premier événement

Rappelons que le 20 décembre dernier, un coup de toit de magnitude 3,8 s'était produit à la minière.

Deux jours plus tard, la mine Westwood, située à quelques kilomètres de là, avait également été le théâtre d'un événement sismique.

Des graphiques montrent deux secousses sismiques.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Voici ce qu'affichait le sismographe de Val-d'Or sur le site web de Ressources naturelles Canada quelques minutes après le coup de toit.

Photo : Capture d'écran

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Incidents et catastrophes naturelles