•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La position du gouvernement Ford est « déconnectée de la réalité » - Mélanie Joly

Photo en mosaïque de deux femmes blondes.
La ministre ontarienne déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney (à gauche), et la ministre fédérale des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly Photo: La Presse canadienne / Patrick Doyle/Mark Blinch
Radio-Canada

Mélanie Joly rejette les critiques du gouvernement de Doug Ford dans le dossier de l'Université de l'Ontario français. La ministre des Langues officielles et de la Francophonie affirme que ces critiques, selon lesquelles Ottawa sous-finance les Franco-Ontariens, sont « déconnectées de la réalité ».

Mme Joly réagissait à l'émission Sur le vif d'ICI Ottawa-Gatineau à une déclaration du bureau de la ministre ontarienne des Affaires francophones, Caroline Mulroney, selon qui le financement unilatéral de 1,9 million de dollars consenti dimanche par Ottawa pour garder en vie le projet d’Université de l’Ontario français est une admission que le fédéral sous-finance les francophones.

Correctif : Le titre et l'amorce de la première version de ce texte contenaient une citation de Mélanie Joly, selon laquelle « Mme Mulroney est déconnectée de la réalité ». Or, Mme Joly a plutôt dit en entrevue : « Elle est déconnectée de la réalité ». Selon le bureau de la ministre fédérale, elle faisait référence à la position du gouvernement ontarien dans le dossier et non pas à Caroline Mulroney.

Le porte-parole de Mme Mulroney, Jesse Robichaud, a déclaré lundi matin que le gouvernement Trudeau reconnaît que son gouvernement sous-finance les francophones en Ontario et que c’est pour cette raison que le fédéral avait décidé de financer l’Université de l’Ontario français.

Le gouvernement Ford a pris la décision d’annuler la création de la première université francophone de la province plus tôt cette année. Il a également aboli le Commissariat aux services en français de la province.

En réponse aux commentaires agressifs du porte-parole de Mme Mulroney, Mme Joly a tenu à rappeler que le gouvernement fédéral avait prévu un investissement de 2,7 milliards de dollars sur cinq ans pour les langues officielles en milieu minoritaire.

La réalité en Ontario, c'est qu'il y a une préoccupation de la communauté francophone liée à l’offre de services, selon Mme Joly.

Elle a aussi rappelé l’importance d’agir rapidement. S'il n'y avait pas eu d'intervention fédérale, il y aurait beaucoup de personnes qui auraient perdu leur emploi en date de [mardi], a expliqué Mme Joly. Le financement provincial, accordé l’an dernier, était sur le point de s’épuiser avant que le fédéral n’accorde du financement lui-même. La conséquence aurait été la mise à pied des huit employés de l’Université de l’Ontario français.

Dans l’éventualité où le gouvernement Ford allait se borner à empêcher la création de l’Université, Mme Joly affirme qu’elle espère tout de même continuer de travailler avec [...] Carol Jolin, l'AFO [l'Association de la francophonie de l'Ontario], Dyane Adam et tous les leaders de la communauté qui revendiquent ce projet-là. […] Ça nous donne du temps de respirer, de s'assurer de continuer [à garder l’idée en vie] et de soutenir les communautés qui vont travailler avec le gouvernement Ford.

Francophonie

Politique