•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le F.-A.-Gauthier entre en cale sèche pour 14 jours

Vu de loin, le navire avance sur l'eau glacée.

Le traversier F.-A.-Gauthier est arrivé à Lévis avec deux heures de retard lundi.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Radio-Canada

Le traversier F.-A.-Gauthier est arrivé vers 12 h 20 lundi au chantier maritime Davie, à Lévis, où il restera en cale sèche pendant 14 jours. La Société des traversiers du Québec (STQ) espère que cette période suffira à déterminer la source du bris des propulseurs azimutaux du navire.

Le traversier était attendu à Lévis à 10 h 30 lundi. Son entrée en cale sèche était prévue pour 11 h 30.

Le navire a quitté Matane le 6 janvier pour se rendre à Baie-Comeau avec un remorqueur, afin de laisser la place au CTMA Vacancier, qui assure les traversées entre Matane et la Côte-Nord jusqu'à la fin du mois.

Le F.-A.-Gauthier a ensuite quitté Baie-Comeau le 13 janvier pour se rendre à Lévis. Même s'il voyageait toujours avec un remorqueur, le navire avançait par ses propres moyens lors de son arrivée au chantier maritime.

Il y sera pendant deux semaines, le temps d'inspecter et de tenter d'arrêter la vibration anormale décelée sur les propulseurs azimutaux. C'est ce problème qui a incité Transports Canada à interdire la reprise du service du traversier depuis le 18 décembre.

Les deux propulseurs azimutaux sont situés sous la coque à l'arrière du navire et ne sont accessibles que lors d'une cale sèche.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les deux propulseurs azimutaux sont situés sous la coque à l'arrière du navire et ne sont accessibles que lors d'une cale sèche.

Photo : Radio-Canada

Tous les tests qui pouvaient être faits lors des essais en mer ont été faits. La cale sèche commence à Lévis, donc à ce moment-là d'autres tests vont être faits où on aura accès aux propulseurs hors de l'eau, explique le porte-parole de la Société des traversiers du Québec, Alexandre Lavoie.

On va avoir accès aux propulseurs, on va pouvoir les démonter pour observer les pièces et comprendre ce qui s'est passé.

Alexandre Lavoie, porte-parole de la Société des traversiers du Québec

Si le traversier ne peut être réparé d'ici la fin du mois, la STQ devra trouver un autre navire puisque le CTMA Vacancier doit retourner aux Îles-de-la-Madeleine dès le 1er février.

L'accès au chantier maritime a été refusé aux médias et jusqu'à maintenant, le président-directeur général de la STQ, François Bertrand, a refusé nos demandes d'entrevue.

Avec les informations de Michel-Félix Tremblay

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Transports