•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Démolition d’un immeuble dangereux dans Saint-Sacrement

Un immeuble de la rue Marie-Rollet est démoli.
Un immeuble de la rue Marie-Rollet est démoli. Photo: Radio-Canada / Luc Hains
Alain Rochefort

Un bâtiment qui menaçait de s'effondrer a été démoli lundi dans le quartier Saint-Sacrement à Québec.

L'immeuble de la rue Marie-Rollet était inoccupé depuis quelque temps.

Des travaux en sous-œuvre effectués par les propriétaires au mois de décembre ont rendu la structure instable.

Un mur de l’édifice s’est affaissé en partie en décembre dernier. Puis, des briques se sont aussi détachées de la façade le 9 janvier, ce qui a alarmé des voisins.

La rue Marie-Rollet est fermée à la circulation.La rue Marie-Rollet est fermée à la circulation. Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Voisins évacués

L'incident a forcé l'évacuation de trois résidents du duplex voisin qui partageait un mur mitoyen avec l'immeuble dangereux.

La situation était devenue intenable pour Florence Breton, une des trois personnes évacuées dont le logement a subi des dommages.

« Le 6 décembre, la fondation mitoyenne s'est effondrée. S'en sont suivis des murs et des plafonds lézardés, déplore-t-elle. Finalement, on a été évacué par la Sécurité civile ».

Le bâtiment n'a pu être consolidé et a donc dû être démantelé.

Un périmètre de sécurité a été établi. La rue Marie-Rollet a été fermée à la circulation tôt lundi matin, entre les avenues Marguerite-Bourgeoys et Eymard.

L'édifice situé au  1467, rue Marie-Rollet, sera démoli. L'édifice situé au 1467, rue Marie-Rollet, sera démoli. Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

« Un banal accident »

Immeuble Transit, propriétaire de l'immeuble, a demandé la démolition du duplex. Le directeur général, Paul-André Marchand, affirme qu'il s'agit d'un malheureux incident.

« Il n'y a pas eu de négligence. C'est rien d'autre qu'un banal incident. Tout le monde espère un dénouement rapide et positif. On veut rebâtir », assure-t-il.

Les travaux sont supervisés par la Ville de Québec.

« La démolition se fera principalement aujourd'hui, mais il est possible que demain, des [travailleurs] soient toujours sur place pour récupérer le matériel qui a été démoli », explique le porte-parole des pompiers de Québec, Bill Noonan.

Avec les informations d'Alexandra Duval et Olivier Lemieux

Justice et faits divers