•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des centaines de lions de mer envahissent une plage de Powell River

Trois lions de mer se font bronzer au soleil sur un rocher.

Les lions de mer, comme ceux photographiés ici à environ 50 km au sud de Cowichan Bay, sont venus en plus grand nombre cette année.

Photo : Simon Pidcock, Ocean EcoVentures Cowichan Bay

Radio-Canada

Des centaines d'otaries ont convergé vers une plage de Powell River sur la côte Sunshine en Colombie-Britannique pour le plus grand plaisir de photographes amateurs. Toutefois, leur présence incommode certains habitants qui se plaignent du bruit et de l'odeur produits par les bêtes.

Le ministère des Pêches et des Océans a installé une pancarte sur la plage Second Beach pour avertir le public de ne pas interagir avec les lions de mer. Toutefois une habitante de Powell River, Lesley Armstrong, raconte que les bêtes sont tellement entassées qu’il serait difficile de se promener sur la plage. Selon elle, les mammifères marins ont commencé à s’y installer vers Noël et leur nombre a grandi. « C’est vraiment un spectacle extraordinaire », raconte-t-elle.

« C’est fascinant parce qu’ils sont tellement bruyants et tapageurs et ils jouent dans l’eau, quant ils ne dorment pas ou ne sont pas étendus sur les roches », ajoute-t-elle.

Il ne s’agit pas de la première fois que des otaries se réunissent à cet endroit, mais Lesley Armstrong n’en a jamais vu en aussi grand nombre. Elle pense qu’il s’agit d’otaries de Stellar ou de la Californie.

Des populations qui augmentent

Selon l’Aquarium de Vancouver, les otaries de Steller sont communes en Colombie-Britannique, mais la population a commencé à diminuer durant les dernières années. L’espèce a même été déclarée en danger en 1997, selon le site web de l’Aquarium, qui estime que la population a depuis augmenté doucement.

Dans le cas des otaries de la Californie, le site web du Marine Mammal Centre indique qu'elles se retrouvent jusqu’au nord de l’île de Vancouver. Elles sont décrites comme s'alimentant aux ressources disponibles, soit des calmars, des pieuvres et différentes sortes de poissons. Leur population semble aussi augmenter.

Lesley Armstrong ne pense pas que les otaries restent encore longtemps sur la plage. C'est une bonne nouvelle, selon elle, car avec le temps plus doux des derniers jours, l’odeur qu'elles laissent est forte. « On peut la sentir. Elle est beaucoup plus nauséabonde », dit-elle.

D'après les informations de Maryse Zeidler, CBC News

Colombie-Britannique et Yukon

Animaux