•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pêche au homard pourrait être permise dans une aire marine protégée proposée en N.-É.

Un homard dans une cavité sous-marine.
Un homard Photo: iStock
Radio-Canada

Pêches et Océans Canada envisage de permettre la pêche au homard dans la possible zone de protection marine des îles de la côte Est, en Nouvelle-Écosse.

Un rapport environnemental préliminaire du ministère affirme que la pêche locale au homard ne présente pas de risque important pour d’autres espèces, comme la morue, la zostère marine ou les peuplements d’algues brunes.

Selon les résultats des études, le ministère ne propose pas de restrictions supplémentaires sur la pêche au homard dans une future aire marine protégée, écrit Wendy Williams, une directrice de Pêches et Océans, dans une lettre aux décideurs.

Le site d’intérêt des îles de la côte Est comprend d’importants peuplements d’algues brunes et de zostères, ainsi qu’une pouponnière naturelle pour les morues. La zone couvre une superficie de 2000 kilomètres carrés, de la baie Clam à l'île Barren. Elle s’étend jusqu’à 25 kilomètres au large de la Nouvelle-Écosse.

En signant la Convention sur la diversité biologique de l’Organisation des Nations unies, en novembre 2015, le gouvernement fédéral s’est engagé à protéger 10 % des eaux territoriales du pays en 2020.

Les îles de la côte Est représentent la première grande zone protégée proposée qui compte une importante pêche côtière au homard. Pour son évaluation environnementale, Pêches et Océans Canada a consulté des pêcheurs, des groupes communautaires, des experts et des Premières Nations.

Préoccupations

Les pêcheurs de homard craignaient particulièrement que la pêche soit interdite dans cette aire marine protégée. Une environnementaliste, Susanna Fuller, de l’organisme Océans Nord, indique que l’évaluation de la pêche au homard s’est faite rapidement et devrait maintenant répondre aux préoccupations des pêcheurs.

Des centaines d'îles forment un archipel, sur la côte est de la Nouvelle-Écosse. Pêches et Océans Canada considère comme site d'intérêt les îles de la côte Est, en Nouvelle-Écosse. Photo : La Presse canadienne / Peter Green

Mais le président de l’Association des pêcheurs de la côte Est, Peter Connors, se demande pourquoi il a fallu une évaluation environnementale pour conclure que la pêche ne représentait pas une menace à l’écosystème de cette zone marine.

On aurait dû débuter avec cette prémisse, affirme-t-il. Peter Connors ne fait pas confiance au gouvernement et considère même que l’étude environnementale est en elle-même une insulte envers les pêcheurs.

Pêches et Océans Canada n’a pas désiré commenter son rapport préliminaire. Le ministère remettra le document à un comité consultatif, le 22 janvier prochain. Ce comité doit faire des recommandations au gouvernement au sujet des futures zones de protection marine, notamment sur leur superficie, leurs frontières et les activités qui y seront permises.

Avec les informations de Paul Withers, de CBC

Nouvelle-Écosse

Industrie des pêches