•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ancien député du Wildrose dénonce le « contrôle dictatorial » de Jason Kenney

Jason Kenney, chef du PCU

Jason Kenney parle aux médias après l'adoption de la motion sur les alliances gai-hétéro lors de l'assemblée générale du parti.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Tardif

Radio-Canada

Un ancien élu du Wildrose, Ian Donovan, a résilié vendredi son adhésion au Parti conservateur uni (PCU), estimant que le style « dictatorial » du chef du parti, Jason Kenney, éloignait la formation politique de sa base citoyenne.

« Il semble y avoir beaucoup de corruption et d'ententes conclues derrière des portes closes [au sein du parti], et j'ai peur qu'en tolérant ces agissements j'en devienne complice », a indiqué M. Donovan à CBC.

Ian Donovan a été député de la circonscription de Little Bow de 2012 à 2014. Ses récriminations concernent le style de gouvernance instauré par Jason Kenney au sein du PCU.

Je ne sais pas si les députés locaux seront entendus. Je crois que le parti leur imposera ce qu'ils doivent dire et faire.

Ian Donovan, ancien élu du Wildrose

Selon Ian Donovan, un partisan de la première heure du PCU, Jason Kenney a détourné le parti de sa base. Il dénonce une direction qui impose ses vues aux élus locaux et qui fait, à son avis, la sourde oreille aux voix qui émanent des circonscriptions.

L'ancien élu du Wildrose, défait lors des élections de 2015 alors qu'il était passé dans les rangs progressistes-conservateurs, estime également que la direction du parti s'est immiscée dans la nomination du candidat de sa nouvelle circonscription.

Réplique du Parti conservateur uni

Dans un courriel envoyé à CBC, le Parti conservateur uni nie toute ingérence dans la course à l'investiture du PCU dans la circonscription de Cardston-Siksika, dans le sud de la province.

« Plus de 3500 membres ont voté lors de cette course à l'investiture », écrit le directeur des communications du parti, Matt Solberg.

Les électeurs ont rendu leur verdict en montrant la porte à [Ian Donovan] en 2015. Les Albertains sont prêts à tourner la page.

Matt Solberg, directeur des communications du PCU

Le courriel précise que l'adhésion d'Ian Donovan au parti était échue depuis 2018 et que ce dernier n'avait assisté à aucune réunion du PCU depuis la nomination de Joseph Schow dans Cardson-Siksika.

Ian Donovan avait apporté son soutien à un autre candidat, Marc Slingerland. Ce dernier était arrivé au deuxième rang dans la course à l'investiture.

M. Donovan critique néanmoins le ton instauré par le parti dans le discours public.

« Certaines notes et certains courriels envoyés par le PCU ont un ton très négatif et je ne crois pas que c'est ce à quoi s'attendent les Albertains, dit-il. Je crois qu'ils veulent des gens qui se tiennent debout pour leurs principes, qui prennent leurs propres décisions et qui ne se contentent pas de lancer des insultes et d'instiller la peur. »

Il espère que d'autres membres du parti feront écho à ses plaintes en dénonçant le « contrôle dictatorial » qu'exerce la direction du parti sur ses troupes.

Alberta

Politique provinciale