•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Université de l’Ontario français reçoit 1,9 million de dollars du fédéral

Mélanie Joly aux Communes

Mélanie Joly, la ministre des Langues officielles et de la Francophonie

Photo : La Presse canadienne / Fred Chartrand

Rozenn Nicolle
Cédric Lizotte

Le gouvernement fédéral accorde un financement de 1,9 million de dollars à l'équipe de mise en oeuvre de l'Université de l'Ontario français (UOF) à qui le premier ministre ontarien Doug Ford a coupé les vivres, citant le déficit provincial.

La ministre fédérale des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, a fait l’annonce de l'octroi de 1,9 million tard dimanche soir sur Twitter, après plusieurs semaines de dialogue de sourds entre Ottawa et le gouvernement Ford quant au sort du projet d'université française à Toronto.

La ministre ontarienne des Affaires francophones, Caroline Mulroney, n'a pas commenté la nouvelle.

Une femme parle aux journalistes

Caroline Mulroney en mêlée de presse mardi

Photo : Radio-Canada

L'argent du fédéral provient des fonds prévus dans le Plan d’action pour les langues officielles. Grâce à ces fonds, l'équipe qui travaille à la création de l'université pourra rester au travail pendant encore un an.

Les fonds provenant de l'investissement provincial initial devaient s'épuiser le mardi 15 janvier, forçant les huit employés de l’UOF à quitter leur poste.

Dans une lettre adressée directement à Caroline Mulroney, la ministre Joly explique que l'offre du gouvernement fédéral de financer les opérations de l'université jusqu'à concurrence de 50 % tient toujours.

Ottawa a reçu une demande de financement de la part de l'équipe chargée de la mise sur pied de l'université, précise-t-elle, et dans cette optique, le gouvernement a décidé d'octroyer ces fonds immédiatement.

Dans l'éventualité où le fédéral et le provincial en viendraient à une entente de financement, la somme de 1,9 million accordée dimanche serait déduite du montant total, ajoute la ministre Joly.

Dans sa lettre adressée à Mme Mulroney, la ministre Joly rappelle d'ailleurs qu'il revient au gouvernement provincial d'agir dans ce dossier.

Soyons clairs, la responsabilité revient au gouvernement de l'Ontario de mener à bien ce projet. Cela étant dit, la communauté franco-ontarienne pourra toujours compter sur l'appui indéfectible du gouvernement du Canada à titre de partenaire.

Mélanie Joly, ministre fédérale des Langues officielles et de la Francophonie

Le projet d’Université de l’Ontario français, d’abord annoncé par le gouvernement provincial précédent, dirigé par Kathleen Wynne, avait été annulé par les conservateurs de Doug Ford lors de l'énoncé économique du 15 novembre dernier.

Cette annonce, qui s'inscrit dans la lignée de la récente vague de compressions budgétaires dans la province, avait soulevé tout un tollé. Une députée conservatrice, Amanda Simard, avait d’ailleurs décidé de claquer la porte de son parti.

Quelques semaines plus tard, Mme Joly avait évoqué la possibilité de voir le fédéral sauver le projet. La proposition avait entraîné quelques échanges musclés dans les médias entre Mme Joly et Mme Mulroney.

Les gens concernés enchantés

Dyane Adam, présidente du Conseil de gouvernance de l'UOF, n'a pas manqué d'éloges à l'égard de la ministre Joly. Le gouvernement fédéral en la personne de Mme Joly a fait preuve d'un leadership et d'un engagement remarquables, a-t-elle déclaré en entrevue téléphonique.

Elle ajoute au passage être déçue des actions du gouvernement provincial dans le dossier. Pour elle, le déficit provincial que les conservateurs chiffrent à près de 15 milliards ne devrait pas servir de prétexte pour reporter le projet d'université francophone.

Dans les contraintes financières qu'il peut y avoir en Ontario sur le plan du financement, il y a des possibilités. C'est loin d'être une somme importante quand on regarde la situation provinciale.

Dyane Adam, présidente du Conseil de gouvernance de l'UOF

Sur Twitter, l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO) a tenu à remercier le gouvernement fédéral. La subvention permettra à l’institution de garder ses employés [en plus de] travailler sur un pan important du projet : le carrefour communautaire, a déclaré l'AFO.

Francophonie

Politique