•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kouchibouguac, 40 ans plus tard

Jean-Philippe Hughes

Il devenu un lieu symbolique de la conservation de la nature au Nouveau-Brunswick. Il y a 40 ans, la création du parc national de Kouchibouguac est officialisée dans la controverse. Son apport économique à la région de Kent est désormais incontournable.

Été comme hiver, les amoureux de plein air le fréquentent pour son réseau de sentiers sans égal. Les membres de la famille Doucet sillonnent le parc national de Kouchibouguac depuis trois décennies.

On est des Canadiens : le froid, ça ne nous épeure pas, lance Michel Doucet.

On aime le parc toutes les saisons, ça fait des années qu'on vient au parc.

Michel Doucet
Le couple tient deux paires de skis de fond.Danielle et Michel Doucet à leur arrivée au parc. Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Hughes

Alors qu’il transportait sa fille, petite, sur son dos, skis de fond accrochés aux pieds, Michel Doucet suit maintenant sa fille, devenue grande, dans les sentiers.

Quand on était tout petits c'était du temps en famille, maintenant avec des conjoints, des amis, explique Érika Doucet.

Kouchibouguac soufflera 40 bougies le 15 janvier. Quatre décennies ponctuées de nostalgie se sont écoulées depuis l'officialisation du parc en 1979.

Le parc traîne toujours le lourd bilan de sa création : plus de 200 maisons déplacées au cours des années 1970, les résidents de huit communautés déracinées, plus de mille personnes touchées par des expropriations, la dernière du genre pour la réalisation d'un parc national.

Aujourd'hui, la popularité des lieux est en pleine croissance.

Sur une base annuelle, on reçoit environ 200 000 visiteurs par année, précise la directrice du parc, Géraldine Arsenault.

Photo de profil de Géraldine ArsenaultLa directrice du parc national de Kouchibouguac, Géraldine Arsenault. Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Hughes

Le parc est responsable de près de 200 emplois directs et indirects dans la région. Sur les 90 employés du parc, la moitié sont issus des communautés délocalisées dans les années 1970.

Selon l’étude d’impact réalisée en 2017 par l’économiste Pierre-Marcel Desjardins, le parc Kouchibouguac contribue à hauteur de 19 millions de dollars au produit intérieur brut de la province.

Dans les dernières années, il y a un engouement pour le parc Kouchibouguac, conclut la directrice.

Quand 200 000 personnes et plus viennent ici dans la période estivale, c'est sûr que ça peut apporter des éléments positifs, se réjouit le maire de Richibucto, Roger Doiron.

Les 25 kilomètres de dunes sablonneuses ont rendu le parc national de Kouchibouguac incontournable pour les touristes de passage au Nouveau-Brunswick.

On a réussi à amener des gens qui allaient à Old Orchard [dans le Maine] pour les convaincre à venir dans notre région, précise le maire.

Les attentes de la clientèle ont évolué au fil des années. Le parc a d’ailleurs modernisé ses terrains de camping pour répondre à la demande des campeurs d'occasion.

L'affiche à l'entrée du parc.L'entente entre Ottawa et Fredericton pour la création du parc national de Kouchibouguac a été officialisée il y a 40 ans, le 15 janvier 1979. Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Hughes

Des choses comme le wifi dans nos campings, ce sont des nouveautés et ce sont des choses qu'on doit faire pour s'adapter aux nouveaux visiteurs, indique la directrice.

Les vélos aux pneus surdimensionnés, aussi appelés fatbikes, sont le dernier ajout à la gamme des activités récréatives au parc.

Michel Doucet approuve.On n’attire pas seulement les visiteurs avec les beaux arbres puis la paix, mais avec des services.

Pour les Doucet, quelques sentiers bien damés sont la clé d’une belle journée en famille.

Nouveau-Brunswick

Histoire