•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À l’École acadienne de Pomquet, on fait la classe en plein air

Radio-Canada

C'est en s'intéressant au succès des écoles scandinaves qu'un enseignant de l'École acadienne de Pomquet, en Nouvelle-Écosse, a eu l'idée d'adopter certaines de leurs idées.

J’ai commencé à [m'interroger sur ce] qu'ils font de si spécial, raconte Christian Demers. Une grande, grande chose qu’ils font, c’est passer du temps en nature, en plein air, à l’extérieur.

L’enseignant a décidé d’augmenter le nombre heures de classe à l’extérieur des murs de l'école.

Selon lui, les effets bénéfiques sur les élèves sont probants et ceux-ci sont motivés par les projets qu’on leur propose.

Christian Demers sur une patinoire extérieure.

Christian Demers, enseignant à l'École acadienne de Pomquet en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Stéphanie Blanchet

Chaque année, le projet final de technologie et charpenterie, c’est de construire quelque chose qui va rester en arrière pour les autres, explique M. Demers.

Tout ça a été construit à l’huile de coude de bras, c’est-à-dire que c’était le travail des élèves.

Christian Demers, enseignant.

Cette année, c’est une patinoire. Deux années passées, c’était la balançoire que vous voyez là-bas. On a un abri extérieur, on a un tipi, on a des ponts, on a des sentiers…, poursuit-il.

Il note aussi que ce sont souvent les étudiants les plus hyperactifs ou qui ont du mal à rester longtemps attentifs en classe qui sont les premiers à suggérer de nouveaux projets, ou à concevoir un plan pour les réaliser.

L’enseignant se réjouit à l’idée de continuer ce travail à l’École acadienne de Pomquet, qui sera bientôt agrandie.

D’après un reportage de Stéphanie Blanchet

Nouvelle-Écosse

Éducation