•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le YWCA de Regina propose un bâtiment de 35 M$ dans le quartier Cathedral

Photo prise au pied d'une tour.
Le YWCA de Regina espère quitter la rue McIntyre pour s'installer dans un tout nouveau bâtiment du quartier Cathedral. Photo: Google Street View
Radio-Canada

Après 50 ans au centre-ville de Regina, le YWCA souhaite déménager dans le quartier Cathedral, fort d'une recommandation de vente d'un terrain formulée par le Comité des finances et de l'administration de la Ville.

Selon l’option privilégiée par le comité, l’ancien terrain de plus de 9400 mètres carrés de l’école Victoria et du parc Lucy Eley, sur la rue Retallack, à l’angle de la 12e Avenue, serait cédé au YWCA de gré à gré pour 2 089 000 $, soit la valeur de l’évaluation municipale.

La proposition prévoit également le transfert de l’entente à long terme donnant à la Ville le premier droit de rachat de la propriété pour 1 $ dont le bâtiment actuel de la rue McIntyre fait l’objet.

En contrepartie, le YWCA pourra vendre le bâtiment et le terrain de la rue McIntyre sans pénalité afin de financer ses projets.

Le YWCA espère un don

Lors de la réunion du 8 janvier, le YWCA de Regina, les Services mobiles de crise, REACH et d’autres organismes ont fait connaître leur point de vue sur le projet de déménagement au comité des finances.

Le YWCA préférerait que le terrain lui soit donné et que l’entente à long terme soit transférée de la propriété de la rue McIntyre à celle de la rue Retallack.

Selon l’organisme, cela lui permettrait de consacrer l’ensemble des fonds amassés lors de la vente de la propriété du centre-ville et lors de campagnes de financement au développement de ses services.

« Ce projet et l’idée de créer une offre de service pour les membres les plus vulnérables de notre communauté est quelque chose qu’on veut réaliser depuis longtemps », soutient la présidente-directrice générale du YWCA de Regina, Melissa Coomber-Bendtsen.

Selon elle, l’organisme doit refuser ses services à un nombre grandissant de femmes, faute d’espace et de moyens.

« Être capable de faire notre travail » auprès des femmes tout en leur « évitant d’entrer dans le système des refuges [...] exige un lieu approprié », précise-t-elle.

Au tour du conseil municipal

Le YWCA entend présenter sa demande au conseil municipal lors de la séance du 28 janvier, en quête d’une décision favorable.

« De là, nous continuerons à travailler avec les gouvernements fédéral et provincial pour financer nos projets », indique sa présidente, qui mise aussi sur l’implication communautaire.

« Nous reconnaissons la force de la communauté sur les gens [...] c’est pourquoi le nouveau centre aura des salles multifonctionnelles, des lieux de rencontres et d’activités récréatives ouverts à la communauté. »

Outre les organismes présents lors de la rencontre du comité des finances, le YWCA compte aussi travailler de concert avec le réseau All Nations Hope afin que « les lieux communautaires soient empreints des moyens traditionnels de guérison autochtones, dont la première tente de sudation intérieure de la ville », précise Melissa Coomber-Bendtsen.

Saskatchewan

Engagement communautaire