•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le F.-A.-Gauthier débarque à Lévis, l'incertitude persiste

Un remorqueur navigue près du le F.-A.-Gauthier
Un remorqueur doit accompagner le F.-A.-Gauthier dans ses déplacements entre Baie-Comeau et Lévis. Photo: Radio-Canada / Jean-François Deschênes
Michel-Félix Tremblay

Un remorqueur du groupe Océan accompagne le traversier F.-A.-Gauthier depuis dimanche matin, à destination du chantier Davie de Lévis. Le navire, propriété de la Société des traversiers du Québec, doit entrer en cale sèche lundi, mais les chances qu'il y soit réparé demeurent faibles.

Depuis le 18 décembre dernier, Transports Canada a interdit au F.-A.-Gauthier de naviguer en raison de problèmes mécaniques.

Les propulseurs azimutaux vibrent anormalement. Selon certaines informations, le système d'engrenage serait défaillant.

Il s'agit pourtant de composantes mises en service en 2014 seulement.

Les deux propulseurs azimutaux sont situés sous la coque à l'arrière du navire et ne sont accessibles que lors d'une cale sèche.Les deux propulseurs azimutaux sont situés sous la coque à l'arrière du navire et ne sont accessibles que lors d'une cale sèche. Photo : Radio-Canada

Pour connaître l'étendue des dommages, la mise en cale sèche était nécessaire. L'objectif est de savoir pourquoi les propulseurs fonctionnent mal.

La STQ ne peut cependant garantir qu'ils pourront être réparés pendant cette période de deux semaines.

Cela signifie que l'arrêt forcé du traversier, mis en service en 2015 et qui a coûté 170 M$ aux contribuables québécois, pourrait durer encore plusieurs semaines.

On va avoir accès aux propulseurs, on va pouvoir les démonter, pour observer les pièces et comprendre ce qui s'est passé.

Alexandre Lavoie, porte-parole de la Société des traversiers du Québec

Est-il possible que ces systèmes ne soient pas adaptés aux conditions de glaces du Saint-Laurent?

La question est soulevée par certaines sources, même si cette technologie finlandaise mise au point par l'entreprise Steerprop est utilisée sur des navires brise-glaces.

La glace qui s'agglutine à l'entrée du port de Matane aurait aussi des caractéristiques bien particulières qui auraient pu provoquer le bris.

Un retour à court terme?

Un traversier amarré au quai Le MV Apollo, qui assurait la desserte depuis 1999, a atteint 48 ans d'âge. Photo : CBC

Selon nos informations, comme les chances que le F.-A.-Gauthier puisse être réparé pendant les 14 jours de mise en cale sèche sont relativement minces, la STQ pourrait se tourner vers le navire Apollo qui doit être remplacé sous peu, entre Blanc-Sablon et Terre-Neuve.

Ce navire serait actuellement à vendre, mais cumule déjà 48 ans de navigation.

La STQ doit faire vite, car dès le 1er février, le CTMA Vacancier qui assure actuellement la liaison entre Matane, Baie-Comeau et Godbout doit retourner aux Îles-de-la-Madeleine.

Bas-Saint-Laurent

Transports