•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pommes de terre pourries : un juge de l’Î.-P.-É. tranche

Des pommes de terre entières et tranchées.
Une affaire de pommes de terre avariées s'est retrouvée devant un juge à l'Île-du-Prince-Édouard. Photo: iStock / kaanates

Dans une affaire de pommes de terre pourries livrées en Argentine il y a plus de 10 ans, une entreprise de l'Île-du-Prince-Édouard devra payer plus de 118 000 $.

WD Potato avait livré à Visser Potato en 2007 une cargaison de près de 1400 tonnes de pommes de terre. Celles-ci ont été transportées par bateau par Visser Potato jusqu’en Argentine, où elles étaient destinées à des clients de l’industrie agroalimentaire.

Une partie de la cargaison était avariée lorsque le navire est arrivé en Amérique du Sud, soutient Visser Potato. L’entreprise alléguait que WD Potato lui avait livré des légumes déjà pourris.

Le juge James Gormley de la Cour suprême de l’Île-du-Prince-Édouard a tranché que les pommes de terre étaient devenues la propriété de Visser Potato une fois la cargaison chargée sur le navire. La compagnie n’est pas parvenue à prouver que les légumes étaient avariés avant qu’ils ne deviennent leur responsabilité, estime le magistrat.

Le juge Gormley a condamné Visser Potato à payer à WD Potato la somme de 118 436,51 $ qu’elle lui devait pour cette cargaison.

Île-du-Prince-Édouard

Procès et poursuites