•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manger comme des rois à l'Accueil Bonneau

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, sert des repas lors du Dîner des rois de l'Accueil Bonneau. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Plusieurs centaines de repas chauds ont été servis dimanche aux gens dans le besoin ou en situation d'itinérance à l'occasion du traditionnel Dîner des rois de l'Accueil Bonneau.

Chaque année depuis 1877, des bénévoles se mobilisent pour l’occasion. Et comme le veut la tradition, le maire – dans ce cas-ci la mairesse – de Montréal vient servir des repas aux plus démunis.

En cette période de grand froid, l’initiative est particulièrement bienvenue et permet aux personnes vulnérables de bien manger dans une ambiance festive.

Les participants au dîner doivent cependant retourner dehors après leur festin, l’Accueil Bonneau n'étant pas un refuge et n'offrant pas d'hébergement la nuit. Plusieurs autres endroits permettent toutefois aux itinérants de passer la nuit.

Comme le souligne la mairesse de Montréal, Valérie Plante, « plus de 1000 lits » sont offerts aux itinérants à Montréal durant l’hiver, un nombre auquel s'ajouteront 80 nouveaux lits dès mardi, puisqu’un nouveau refuge d’urgence ouvrira à cette date dans l’ancien Hôpital Royal Victoria.

« Même si on a beaucoup de lits à Montréal, on avait peur de manquer de lits », dit-elle, expliquant que le projet a été mis en place grâce à la collaboration « du CIUSS, de la Ville de Montréal et des organismes terrain ».

Mme Plante affirme que la Ville a mis au point un plan d’urgence avec le service de police pour les grands froids et que les policiers patrouillent dans « toutes les rues, tous les quartiers » pour s’assurer que personne n’est dehors, confronté à une situation problématique.

Elle indique également que les refuges pour sans-abri sont reliés par une navette durant cette période et qu’un centre qui est plein peut rediriger les gens dans le besoin.

« Quand il y a un centre qui n’a pas de place, on les amène là où il y a de la place », dit-elle.

Quant au directeur général de l’Accueil Bonneau, Aubin Boudreau, il considère que davantage de ressources seraient nécessaires pour apporter une aide adéquate aux sans-abri.

« Il y a beaucoup de personnes en situation d’itinérance, encore en situation d’itinérance chronique, donc il faut y mettre fin. On sait comment faire. Ça prend beaucoup de solutions de logements, avec de l’accompagnement psychosocial. Aussi des services de santé mentale, entre autres de proximité », énumère-t-il.

Grand Montréal

Pauvreté