•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bras de fer entre un exproprié de La Tuque et le ministère des Transports du Québec

Pierre St-Louis pointe quelque chose alors qu'on aperçoit son terrain en contrebas.

Pierre Saint-Louis a été exproprié de près de 70 000 pieds carrés de son terrain.

Photo : Radio-Canada

Camille Carpentier

Un citoyen de La Tuque est au cœur d'un litige avec le ministère des Transports du Québec (MTQ) depuis 2010. Il refuse depuis des années d'accepter le montant que lui propose Québec pour une partie de son terrain dont il a été exproprié, puisqu'il juge la somme dérisoire.

Pierre Saint-Louis a dû céder une partie de son terrain qui borde la rivière Saint-Maurice pour permettre l'élargissement de la route 155 à cet endroit. Les travaux, qui visent à rendre la route plus sécuritaire, ont été exécutés cet automne.

Un terrain enneigé en pente borde la route 155.

Le ministère des Transports a exproprié des citoyens pour élargir une partie de la route 155 dans le secteur Carignan, à La Tuque.

Photo : Radio-Canada / Camille Carpentier

Ses voisins aussi ont perdu une partie de leurs terres. Or, Pierre Saint-Louis crie à l'injustice puisqu'il estime qu'on lui propose un prix dérisoire pour près de 70 000 pieds carrés de sa terre.

Alors que le Ministère aurait proposé entre 50 sous et 1,30 $ le pied carré à ses voisins, on lui proposait environ 10 cents le pied carré. Aujourd'hui, il est le seul propriétaire du coin à ne pas s'être entendu avec Québec.

Le Latuquois ne comprend pas pourquoi l’évaluateur du MTQ de l’époque a établi ces prix.

Ils ont eu une moyenne de 90 sous du pied carré. Moi, j'ai 9 sous. Je demande le même prix que les autres : l'équité, martèle Pierre Saint-Louis.

À un moment donné, il faut que ça se règle. Ce n’est pas moi qui m'entête, c'est le ministère.

Pierre Saint-Louis, résident de La Tuque

Devant le refus du propriétaire, le dossier se retrouve maintenant devant le Tribunal administratif du Québec, mais aucune audience n’a encore eu lieu. Selon Pierre Saint-Louis, deux juges se seraient même déplacés chez lui au mois de juin pour examiner les lieux.

Pierre St-Louis

Pierre St-Louis

Photo : Radio-Canada

Le MTQ refuse de commenter le dossier, mais précise que l'indemnisation accordée pour des terrains qu'il acquiert se base sur l'évaluation d'un expert et la valeur de propriétés semblables sur le marché.

Le Ministère indique également que lors des négociations avec les propriétaires expropriés, ceux-ci peuvent être accompagnés d'experts, comme des évaluateurs agréés. Or, Pierre Saint-Louis a refusé de payer pour les services d'un évaluateur privé.

Les autres ne l'ont pas fait. Ils demandent ça juste à moi. Et ça, ça joue entre 10 000 $ et 20 000 $. J'ai dit : moi, je n'embarque pas là-dedans.

Il a aussi interpellé la nouvelle députée caquiste de Laviolette-Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif, pour lui demander d’intervenir dans le dossier. L'élue a visité son terrain de La Tuque à l’automne, mais assure que le ministère a bien respecté les règles.

On ne doit pas comparer à des montants reçus, mais bien à la valeur du terrain, dit-elle.

La députée espère toujours que le litige puisse être réglé hors cour avant que les démarches judiciaires ne coûtent trop cher au citoyen.

Mauricie et Centre du Québec

Politique provinciale