•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement Legault est plus disposé à discuter avec les syndicats, dit la FTQ

Daniel Boyer, président de la FTQ
Daniel Boyer, président de la FTQ, croit que le gouvernement est disposé à dialoguer avec les syndicats. Photo: La Presse canadienne
La Presse canadienne

Si le gouvernement Legault a fait campagne en martelant qu'il ne voulait pas gouverner pour les grands lobbys, dont les syndicats, la Fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec (FTQ) estime que les caquistes sont beaucoup plus ouverts à discuter avec eux que les libéraux.

« À date, on a une écoute, contrairement à ce qu'on pouvait penser. On pensait qu'on partirait en bataille demain matin, mais à date, on a une bonne réception de la part du gouvernement. Le gouvernement veut nous parler », a souligné le président de la FTQ, Daniel Boyer.

« Avec les libéraux, il y avait moins de discussions. Ils étaient moins ouverts au dialogue social. Ils prenaient leurs décisions et ils nous mettaient devant le fait accompli », a renchéri le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux.

Lors d'une conférence de presse tenue dimanche à Montréal, MM. Boyer et Cadieux ont fait le point sur les dossiers prioritaires de la centrale syndicale pour l'année à venir.

Au terme de rencontres avec le premier ministre François Legault et plusieurs de ses ministres, la FTQ s'est dite encouragée sur plusieurs de ses chantiers, notamment sur les clauses de disparité de traitement et la mise à jour du régime sur la santé et sécurité au travail. La CAQ aurait assuré qu'il s'agissait de dossiers prioritaires pour eux.

M. Boyer a admis que le gouvernement était encore dans une période de « lune de miel », mais il souhaite laisser la chance au coureur pour l'instant.

On a un mot important à dire et on va continuer à le dire. On souhaite le dire à des tables de discussions où on va faire avancer des dossiers au lieu de le faire debout dans la rue. Et s'il faut le faire debout dans la rue, on va le faire.

Le président de la FTQ, Daniel Boyer

Cap sur l'environnement

Les deux syndicalistes sont assis à la table d'une salle de conférence au siège social de la centrale. Le président de la FTQ Daniel Boyer et son secrétaire général Serge Cadieux (à droite). Photo : Radio-Canada / Diana Gonzalez

Dans ses autres priorités de l'année, la FTQ a l'intention de faire pression sur la CAQ pour qu'elle amorce une réelle transition énergétique, mais en accompagnant les travailleurs.

M. Cadieux a affirmé que les employés de certains secteurs polluants, dont les raffineries et la cimenterie, étaient conscients que leur emploi n'existera peut-être plus dans 25 ans. Et selon lui, ils sont prêts à entamer ce virage avec l'aide du gouvernement.

« Nos gens sont conscients que ça va arriver, puis ils ne veulent pas se faire dire une semaine avant :“Écoutez, on a décidé qu'on ferme la shop parce qu'on est plus capables de vendre nos affaires; on émet trop de gaz à effet de serre” », a-t-il expliqué.

On sait que ça va arriver. Si ça va arriver dans deux ans, trois ans, quatre ans, cinq ans, c'est là qu'on doit s'en préoccuper.

Le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux

Selon lui, le Québec peut maintenir des emplois en développant de nouveaux secteurs plus verts et en changeant les procédés pour qu'ils soient moins polluants.

« On sait qu'on doit s'en aller vers une électrification des transports. Pourquoi ne pas construire des autos électriques ici au Québec? », a-t-il suggéré.

Élections fédérales

La FTQ entend également interpeller les partis fédéraux, qui devraient être en campagne électorale à l'automne. Elle prévoit discuter d'environnement mais aussi d'assurance-emploi avec les partis.

Selon la FTQ, les libéraux ont un peu amélioré le régime d'assurance-emploi, mais il reste de nombreux problèmes, notamment pour les travailleurs saisonniers.

« Ça prend une réforme globale. Le monde du travail s'est transformé et la Loi sur l'assurance-emploi n'est plus adaptée », a plaidé M. Cadieux.

D'après les chiffres de la centrale syndicale, moins de 50 % des travailleurs et travailleuses qui perdent leur emploi se qualifient pour recevoir des prestations d'assurance-emploi.

Politique provinciale

Politique