•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Portrait-robot du candidat rêvé à la succession de Marc Mayer

Un visage composé de plusieurs photos différentes pour illustrer différents attributs de genre et de diversité.
Quel serait le type de candidat idéal pour prendre la direction du Musée des beaux-arts du Canada après le départ de Marc Mayer le 18 janvier ? Photo: Radio-Canada / Infographie : Simon Blais

Le directeur général du Musée des beaux-arts du Canada (MBAC), Marc Mayer, complète cette semaine son dernier tour de piste à la tête de cette institution nationale. Deux grands amoureux de l'art visuel ont accepté de jouer les chasseurs de têtes et d'imaginer les traits de son successeur.

Ils ont chacun offert un portrait singulier du prochain ou de la prochaine directrice du MBAC, oscillant entre une proposition pragmatique et une autre plus poétique.

Yeux

Portrait d'un homme portant des lunettes, une chemise carreautées et une veste marine.Le professeur Michael Orsini espère un vent de changement au Musée des beaux-arts du Canada. Photo : Courtoisie : Université d'Ottawa

Michael Orsini, professeur à l’École d’études politiques de l'Université d'Ottawa, signait en décembre une lettre dans le Ottawa Citizen pour réclamer un vent de changement, voire un cataclysme, à la tête du MBAC.

Pour lui, le grand manitou de cette institution muséale devra avoir une vision capable de respecter les traditions artistiques, mais aussi tournée vers l’avenir.

Un homme habillé de noir avec des lunettes à fortes montures pose devant un mur de brique délavé, en souriant.Scott Simpson, le cofondateur de l'infolettre numérique culturelle, Le Pressoir Photo : Crédit : Camille Zara Ansar

D’après Scott Simpson, le cofondateur du Pressoir, une infolettre numérique culturelle qui survole la scène artistique d’Ottawa et Gatineau, les yeux du candidat idéal seront curieux et perçants, mais surtout empathiques.

Nez

Il devra avoir un nez pour chercher le talent à travers le pays pour trouver des artistes qui ne sont pas nécessairement très connus dans les communautés artistiques, soutient Michael Orsini.

Le nez du prochain directeur ne sera ni épaté ni velu, mais bien fin et précis, imagine Scott Simpson, qui court les galeries et musées autant qu’il peut.

Bouche

Cette partie du visage évoque sans contredit un sens très important dans l’appréciation de l’art : le goût.

Si Scott Simpson se plaît à dépeindre cette bouche avec poésie comme assoiffée avec un palais raffiné, Michael Orsini précise ses contours. Elle mettra en valeur, selon lui, le goût de défier les traditions et de prendre des risques dans une perspective où le musée a un rôle à jouer pour aborder des enjeux politiques et sociaux.

Oreilles

Croches, poilues, décollées? Certainement pas! La prochaine personne à prendre la tête du MBAC aura surtout des oreilles pour entendre. Aiguisées et avides, deux qualités incontournables dans le portrait que brosse Scott Simpson.

Le professeur Orsini, lui, rêve d’une direction à l’écoute des perspectives dans l’ombre de l’élite artistique et d’un musée réellement ancré dans sa communauté locale.

Ottawa-Gatineau

Arts visuels