•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Loterie du cannabis en Ontario : des enquêtes exhaustives sur les gagnants, assure le gouvernement

Photo de Vic Fedeli portant un complet gris et une cravate jaune devant un micro
Le ministre des Finances de l'Ontario, Vic Fedeli, rappelle que les entrepreneurs qui ne seront pas prêts à ouvrir leurs commerces de cannabis le 1er avril subiront progressivement des sanctions financières. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Un processus rigoureux est en place pour évaluer les capacités des 25 gagnants de la loterie des magasins de cannabis, soutient le ministre des Finances de l'Ontario, Vic Fedeli.

Il circule peu d’information au sujet des 25 personnes ou entreprises ontariennes gagnantes dévoilées jeudi par la Commission des alcools et des jeux de l’Ontario (CAJO). Cette dernière n’a révélé que les noms et les numéros des demandes des gagnants.

L’avocat torontois Matt Maurer, qui s’intéresse aux questions entourant la légalisation du cannabis, n’est pas surpris de voir que la liste contenait plusieurs noms de personnes. Il estime que cela découle de la somme d’argent qu’aurait requis le processus d’incorporation.

Une incorporation aurait coûté de 1500 à 2000 $. Si une personne voulait tenter sa chance, c’était plus facile de simplement payer la somme de 75 $ requise par individu, affirme-t-il.

Il est toutefois d’avis que les gagnants devront être soumis à une évaluation rigoureuse de la part de la Commission des alcools et des jeux de l’Ontario.

Gérer un magasin de cannabis n’est pas aussi facile que gérer un dépanneur.

Matt Maurer, avocat spécialiste de la légalisation du cannabis

S’ils n’ont pas l’expérience requise, les gens qui ont gagné à la loterie devront s’entourer de consultants ou d’employés qualifiés pour se rendre jusqu’au bout du processus, note l’avocat.

Pour sa part, le ministre des Finances de l’Ontario, Vic Fedeli, se veut rassurant. Il rappelle que la CAJO a mis en place des normes strictes à cet effet.

L’historique, l’intégrité et la capacité des compagnies à gérer des commerces de cannabis seront tous évalués, dit-il.

Il indique aussi que les entrepreneurs devront être prêts à ouvrir leurs commerces le 1er avril, faute de quoi ils subiront des sanctions financières.

Les 25 gagnants à la loterie disposent de cinq jours ouvrables dès lundi pour soumettre une demande de permis d’exploitation. Ils devront pour cela payer une somme non remboursable de 6000 $ et prouver qu’ils ont accès à un crédit d’au moins 50 000 $.

Des listes d’attente ont été établies par la CAJO au cas où certains des 25 premiers choisis devaient se retirer ou être éliminés.

Avant le 1er avril, le seul moyen légal de se procurer du cannabis en Ontario demeure de le faire en ligne auprès de la Société ontarienne du cannabis.

Nord de l'Ontario

Politique provinciale