•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Normand Dagenais n'est pas le « mauvais garnement » que l'on a tenté de décrire, affirme son avocat

L'ex-directeur général de la Coopérative des consommateurs de Rimouski, Normand Dagenais
L'ex-directeur général de la Coopérative des consommateurs de Rimouski, Normand Dagenais Photo: Radio-Canada

L'avocat Alain Dumas, qui représente l'ancien directeur général de la Coop des consommateurs de Rimouski, Normand Dagenais, estime que le jugement de la Cour d'appel concernant la fraude pour laquelle son client a été condamnée constitue un certain baume pour l'ex-homme d'affaires.

Dans son jugement rendu la semaine dernière, la Cour d'appel réduit la peine de prison de Normand Dagenais de 42 à 24 mois et diminue l'amende qui lui avait été imposée de 710 000 dollars à 28 000 dollars.

La première page du jugement de la Cour d'appelLa première page du jugement de la Cour d'appel Photo : Radio-Canada

Les trois juges signataires écrivent que la peine infligée était manifestement non indiquée eut égard à la jurisprudence dans le domaine et à l'analyse gravement lacunaire des circonstances aggravantes et atténuantes effectuée par le juge dans ce dossier.

Un certain baume

En entrevue, l'avocat Alain Dumas s'est dit satisfait du jugement, quoiqu'avec une certaine hésitation.

Il pourrait paraître un peu ingrat d'être insatisfait. Mais j'aurais préféré une nouvelle audience pour démontrer véritablement que Normand Dagenais n'a pas fraudé pour le montant pour lequel il a été déclaré coupable.

Me Alain Dumas, avocat de Normand Dagenais
Me Alain Dumas, l'avocat de l'ex-directeur général de la Coopérative des consommateurs de Rimouski, Normand DagenaisMe Alain Dumas, l'avocat de l'ex-directeur général de la Coopérative des consommateurs de Rimouski, Normand Dagenais Photo : Radio-Canada

L'avocat souligne que les trois juges de la Cour d'appel écrivent que son client n'a tiré aucun avantage personnel de la fraude dont on l'accusait et qu'il n'y a aucun socle factuel pour dire, comme le prétend le juge de première instance, que Normand Dagenais menait un niveau de vie hors norme découlant de cette fraude.

Pas un « mauvais garnement »

Sur cette base, Me Dumas déplore le sort qui a été réservé à son client Normand Dagenais tout au long des procédures qui ont conduit à sa condamnation pour fraude, une condamnation qui demeure, malgré le jugement de la Cour d'appel.

Il a passé pour un " mauvais garnement ". À la fin, on lui a mis tout le blâme alors que ce n'était pas le cas, selon moi [...] Le C.A. de la Coop était au courant de beaucoup de choses. Pour moi, ce n'était pas de la fraude.

Me Alain Dumas, avocat de Normand Dagenais

Libération conditionnelle à venir

Avec la nouvelle peine de 24 mois de prison, Normand Dagenais est techniquement, selon son avocat, déjà admissible à une semi-liberté et dès le mois prochain, il sera admissible à une libération conditionnelle.

L'avocate au dossier pour le ministère public, Me Julie Roy, n'a pas encore indiqué si elle porterait en appel le jugement de la Cour d'appel.

Bas-Saint-Laurent

Fraude