•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une très bonne première année pour le refuge pour animaux de Rouyn-Noranda

Une employée du Refuge La Bonne Étoile de Rouyn-Noranda s'occupe des pensionnaires présents.

Une employée du refuge La bonne étoile de Rouyn-Noranda s'occupe des pensionnaires.

Photo : Radio-Canada / Jocelyn Corbeil

Boualem Hadjouti

Le refuge pour animaux La bonne étoile de Rouyn-Noranda dresse un bilan positif de sa première année d'existence.

Depuis son ouverture, le Refuge a pu faire adopter 306 chats, stériliser environ 116 chattes, 131 chats et 6 chiens.

L'organisme compte beaucoup sur les dons des citoyens et les activités de financement pour accomplir sa mission.

On a eu une très bonne année. Les citoyens participent beaucoup. On a beaucoup de bénévoles, on a beaucoup de gens qui font des dons. C'est ce qui nous permet de fonctionner, affirme la directrice générale Anik Henri.

En plus d'une subvention récurrente de 85 000 $ de la Ville, le refuge reçoit l'argent de la vente des médailles, ajoute Anik Henri.

Une autre chose qui est très importante, l'achat des médailles. Tous les citoyens doivent prendre leurs médailles pour chien et chat et l'argent, [la Ville] le donne au refuge et nous on s'occupe de la gestion des médailles. C'est notre principale source [de financement] cette année, on doit ramasser autour de 90 000 à 100 000 dollars de médailles.

Le refuge pour animaux de Rouyn-Noranda.

Le refuge pour animaux de Rouyn-Noranda.

Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

Une salle de stérilisation pour bientôt

Le refuge planche aussi pour se doter d'une salle de stérilisation grâce à un don de 35 000 $.

Présentement, les travaux sont en cours. D'ici la fin de février, on devrait être capable d'avoir notre salle de chirurgie pour les animaux du refuge. Les animaux vont être stérilisés directement ici. On a des ententes avec des vétérinaires qui vont se déplacer ici selon les besoins et les disponibilités, explique Anik Henri.

Abitibi–Témiscamingue

Animaux