•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La réfugiée saoudienne qui fuit sa famille est arrivée au Canada

Le reportage de Mathieu Simard
Radio-Canada

La demanderesse d'asile saoudienne Rahaf Mohammed Al-Qunun est arrivée samedi matin à l'aéroport international Pearson de Toronto. Elle s'est présentée rapidement devant les médias aux côtés de la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland.

Le Canada a accepté d'accueillir Rahaf Mohammed Al-Qunun à la demande de l'ONU.

La jeune femme de 18 ans allègue avoir subi de mauvais traitements de sa famille. Elle a fui en Thaïlande, où elle s'est barricadée dans une chambre d'hôtel de Bangkok.

Rahaf Mohammed Al-Qunun a ensuite lancé une campagne sur Twitter qui a suscité un intérêt mondial.

La demandeuse d'asile saoudienne Rahaf Mohammed Al-Qunun en compagnie de la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland.Rahaf Mohammed Al-Qunun en compagnie de la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland. Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Peu de temps après son arrivée à l'aéroport Pearson de Toronto, Rahaf Mohammed Al-Qunun a brièvement salué les journalistes sans prendre la parole.

La ministre Freeland a indiqué, par la suite, que la Saoudienne voulait que les Canadiens sachent qu’elle est en bonne santé et qu’elle est heureuse d’être au Canada. Elle a ajouté que la jeune femme a été surprise par le froid, à sa sortie de l'avion.

En s'adressant aux journalistes, Chrystia Freeland en a profité pour souligner l'importance de protéger les droits des femmes partout dans le monde.

Si nous pouvons sauver une vie, une femme, c’est un bon début.

Chrystia Freeland, ministre des Affaires étrangères

Réactions positives à la décision du Canada

Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), qui lui avait accordé le statut de réfugiée, s’est réjoui vendredi de la réinstallation de Mme Al-Qunun au Canada, indiquant que son cas donne un aperçu de la situation précaire de millions de réfugiés à travers le monde.

Le HCR rappelle que le traitement du dossier de la jeune Saoudienne n’est accessible qu’à une fraction des 25,4 millions de réfugiés à travers le monde.

Michael Casasola, agent principal en réinstallation au HCR, croit que le cas de Mme Al-Qunun pourra permettre aux gens de réaliser les dangers auxquels sont confrontées les femmes persécutées en raison de leur sexe.

Les organismes Human Rights Watch et Amnistie internationale ont tous deux félicité le Canada pour avoir rapidement ouvert ses portes à une jeune femme vulnérable.

Amnistie internationale a aussi salué le travail de collaboration entre les différents représentants gouvernementaux, dont la Thaïlande et le HCR, qui ont pu s’assurer de la sécurité de la demanderesse jusqu’à son arrivée dans son pays d’accueil.

C’est une collaboration de toutes ces autorités qui fait en sorte que Mme Al-Qunun est saine et sauve aujourd’hui.

Anne Sainte-Marie, porte-parole, Aministie internationale - Canada francophone

Le dossier de la jeune Saoudienne met en lumière la situation des droits des femmes dans son pays d'origine. Plusieurs femmes qui tentaient d'échapper à des familles violentes ont été capturées à l'étranger et renvoyées chez elles au cours des dernières années.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique internationale

International