•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Violences sexuelles : le Cégep de Trois-Rivières et le Collège de Shawinigan se conformeront à la loi

Derrière la neige se dresse un édifice gris de trois étages.
Le pavillon des sciences du Cégep de Trois-Rivières Photo: Radio-Canada

Avec un peu plus d'un mois de retard sur la loi, deux établissements d'enseignement supérieur de la Mauricie adopteront une politique sur les violences à caractère sexuel.

Dans sa loi adoptée dans la foulée du mouvement #MoiAussi, le gouvernement du Québec leur donnait pourtant jusqu’au 1er janvier 2019.

Le Cégep de Trois-Rivières et le Collège de Shawinigan se doteront plutôt de leur nouvelle politique vers la mi-février.

Dans les deux cas, les autorités affirment ne pas avoir été en mesure de respecter la loi en raison de consultations et d’un « désir de bien faire les choses ».

Tant à Trois-Rivières qu’à Shawinigan, la politique serait maintenant prête et il ne resterait qu’à l'entériner.

Cette politique prévoit, de part et d’autre, la création de différents programmes, ainsi que d’activités de sensibilisation et d’éducation contre les violences à caractère sexuel.

Directeur général du Collège de Shawinigan, Éric Millette juge que les campagnes de sensibilisation auprès des étudiants et de tous les membres du personnel sont prioritaires.

C'est ce qui est important avant tout : l'éducation pour contrer les violences sexuelles.

Éric Millette, directeur général du Collège de Shawinigan

Au Cégep de Trois-Rivières, la nouvelle politique devrait aussi permettre aux victimes de trouver plus facilement de l’aide, que ce soit pour une consultation ou une dénonciation.

Ça existait, mais c'était un peu le rôle d'un peu tout le monde, explique Isabelle Bourque, coordonnatrice des communications au Cégep de Trois-Rivières. La responsabilité incombait à plusieurs personnes, mais là on vient vraiment encadrer tout ça.

Les cégeps de Trois-Rivières et de Shawinigan ne sont pas les seuls à accuser un retard face à la loi.

Deux universités montréalaises et de nombreux cégeps, notamment ceux de Drummondville et de Victoriaville, se trouvent dans la même situation.

L’Université du Québec à Trois-Rivières a pour sa part déposé sa politique à temps.

Mauricie et Centre du Québec

Enseignement collégial