•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les manchots reprennent leurs promenades au zoo de Calgary

Une dizaine de manchots marchent ensemble sur un chemin dehors. Le public les observe derrière un cordon de sécurité.
Comme chaque hiver, les manchots royaux du zoo de Calgary arpenteront les allées habituellement réservées au public 15 minutes par jour, à partir du 12 janvier. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Les populaires marches des manchots royaux recommencent samedi à 11 h, au zoo de Calgary. Les animaux se baladeront dans les allées du zoo chaque jour, tant que la météo le permet, pour leur plaisir autant que pour celui du public.

Les marches quotidiennes de 15 minutes font partie du programme d’enrichissement des manchots, selon Malu Celli, conservatrice au zoo de Calgary.

« Les manchots adorent ça », assure-t-elle. « Ça les aide à faire de l’exercice et à voir quelque chose de différent. »

Ces promenades se déroulent sur les sentiers du zoo habituellement réservés au public.

« C’est merveilleux pour nous d’être capable d’amener [les animaux] si près des gens, pour que ceux-ci puissent tomber en amour avec eux autant que nous », s'enthousiasme Malu Celli.

Les balades des manchots sont toujours aussi populaires, sept ans après qu’elles eurent commencé. Le zoo espère en profiter pour sensibiliser le public au danger que posent les changements climatiques pour leur habitat naturel. Il invite les visiteurs à réduire leur consommation d’énergie en participant au défi « un degré de différence ».

« On les invite à baisser leur thermostat de 1 °C et à s’emmitoufler, un peu comme le font les manchots », explique Malu Celli.

Si la météo le permet

Il faut toutefois que la météo soit propice pour que l’activité ait lieu.

« Ce sont des manchots subarctiques », rappelle la zoologiste. « Au-dessus de 5 °C, ce n'est pas bon pour eux ».

La marche sera aussi annulée si le mercure descend en dessous de 25 degrés sous zéro, pour protéger les membres plus âgés de la colonie. Dernier critère à surveiller : le vent. Les bourrasques violentes soulèvent beaucoup de particules que les manchots inhaleraient, ce qui leur causerait ensuite des problèmes respiratoires.

Alberta

Société