•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Violences sexuelles : toujours pas de politique pour deux cégeps de Gatineau

Le Cégep de l'Outaouais, à Gatineau.
Le Cégep de l'Outaouais fait parti des 26 cégeps qui n'ont toujours pas de politique contre la violence sexuelle Photo: Radio-Canada

Le Cégep de l'Outaouais et le Collège Héritage, à Gatineau, font partie des établissements scolaires qui n'ont toujours pas de politique visant à prévenir et à combattre les violences à caractère sexuel. Plus de la moitié des cégeps du Québec se trouvent dans la même situation.

Ce sont 26 des 48 cégeps qui n'ont pas su satisfaire à la demande du ministère avant le 1er janvier, comme il était prévu dans la loi adoptée le 8 décembre 2017.

La directrice des études au Cégep de l'Outaouais, Jacqueline LaCasse, attribue le retard à l'envoi tardif du guide ministériel. Selon elle, un comité s'est penché sur la question dès octobre 2017, avant même l'adoption de la loi. À cause du retard du ministère, l'échéancier a été revu et l'adoption de la politique se fera en février, expliquait-elle en entrevue.

Même si la politique n'est pas encore adoptée, Mme LaCasse souligne que des mesures ont déjà été mises en place.

La personne-ressource dédiée qui est prévue par la loi est déjà embauchée et elle est en poste depuis cette semaine au Cégep de l'Outaouais.

Jacqueline LaCasse, directrice des études au Cégep de l'Outaouais

Le directeur du Collège Héritage, Michael Randall, explique plutôt que les nombreuses consultations auprès des différents groupes et le calendrier du conseil d'administration serait également en cause. Une politique aussi compliquée que ça, ça prend du temps à monter, résume-t-il en entrevue. Le 23 janvier, le conseil d'administration du collège adoptera la politique.

M. Randall rappelle que tous les collèges ont travaillé très fort à monter les politiques dans les derniers mois.

Une chose est certaine, les deux établissements scolaires promettent que la politique sera en vigueur dès l'automne prochain. M. Randall souligne que son implantation a déjà été amorcée, en commençant par la campagne de sensibilisation à la nouvelle politique.

Mme LaCasse soutient qu'il y a plusieurs éléments dans la politique qu'on va continuer à travailler [...] et les mettre en oeuvre à l'automne.

Par courriel, le ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur remerciait les établissements qui ont respecté l'échéancier du 1er janvier, mais s'est dit déçu que ce ne soit pas le cas de l'ensemble des établissements. Il est également annoncé que le ministère fera un suivi serré afin que les politiques soient adoptées cet hiver et surtout qu’elles soient en vigueur pour la rentrée de l’automne prochain, tel que le prescrit la loi .

Ottawa-Gatineau

Enseignement universitaire