•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Premières images du documentaire de Netflix sur le désastreux festival Fyre

Les installations du festival Fyre aux îles Exuma, aux Bahamas
Les installations du festival Fyre aux îles Exuma, aux Bahamas Photo: AP / Jake Strang

Netflix a dévoilé la bande-annonce de Fyre, son documentaire sur le festival de musique du même nom organisé aux Bahamas en 2017 et qui a tourné au désastre, pour finalement être annulé.

Le documentaire, qui sort sur le site du géant américain le 18 janvier prochain, promet des images exclusives des dessous de cet échec monumental. « Le festival Fyre devait fournir une expérience musicale fabuleuse sur une île privée huppée, mais l'organisateur sans scrupule en a fait un fiasco spectaculaire », résume-t-on pour présenter le film.

D'ailleurs, en octobre dernier, le promoteur de ce festival, Billy McFarland, a été condamné à six ans de prison.

Billy McFarland avait plaidé coupable à deux reprises. Tout d'abord, début 2018, il avait admis avoir escroqué des investisseurs du festival de 2017. Quelques semaines plus tard, il avait plaidé coupable à des accusations liées à une vente de billets frauduleuse.

Organisé sur les îles Exuma, aux Bahamas, le festival Fyre avait été présenté comme « l’expérience culturelle d’une décennie ». Des célébrités, comme Kendall Jenner, Bella Hadid et Emily Ratajkowski, en avaient même fait la publicité. Le prix des billets pouvait aller jusqu'à 100 000 $ US.

Finalement, les clients ont vite déchanté une fois arrivés sur place. D'abord, les concerts du groupe rock Blink-182 et du trio hip-hop Migos, promis au moment de l'achat des billets, avaient été annulés. Puis, les installations et les mets de luxe promis étaient en fait des tentes blanches percées et des sandwichs.

Les procureurs réclamaient plus de 15 ans de prison. Billy McFarland avait été arrêté durant l'été 2017, puis libéré sous caution.

Son avocat espérait la clémence du juge. Il a fait valoir que son client souffrait d'une maladie mentale qui le portait à croire que ses talents le mèneraient « à la gloire et à faire fortune ».

Avec les informations de Associated Press

Cinéma

Arts