•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les faillites en hausse au Canada, comme le taux directeur

Le gouverneur de la Banque du Canada Stephen Poloz  a annoncé une hausse des faillites
Le gouverneur de la Banque du Canada Stephen Poloz Photo: The Canadian Press / Sean Kilpatrick
La Presse canadienne

Le nombre de faillites au Canada est en hausse, a déclaré le gouverneur de la Banque du Canada cette semaine. Il s'attend à ce qu'elles augmentent davantage au fur et à mesure que la banque centrale relèvera ses taux d'intérêt.

Stephen Poloz a indiqué qu'il entendait les difficultés associées aux coûts d'emprunts élevés de la bouche même des personnes qui les subissent.

« Je n'ai pas à travailler fort pour m'en souvenir. Je reçois quotidiennement des messages de personnes m'expliquant quelle est leur situation », a admis M. Poloz à la presse mercredi, après avoir maintenu le taux directeur de la banque à 1,75 %.

Nous sommes parfaitement conscients que nos décisions affectent tout le monde. Elles affectent le bien-être financier de chacun et de nombreux Canadiens sont très endettés.

Stephen Poloz, gouverneur de la Banque du Canada

Selon la banque, M. Poloz répond personnellement aux courriels et aux lettres du public qui lui sont adressés. L'année dernière, par exemple, environ 200 personnes l'ont contacté directement. Les thèmes les plus communs des messages sont l'état de l'économie canadienne, l'inflation et les taux d'intérêt, a déclaré une porte-parole de la banque. S'ils ne sont pas agressifs et qu'ils incluent des adresses de retour, il leur répond.

Vers de nouvelles hausses du taux directeur

La décision de M. Poloz de laisser les taux inchangés cette semaine ne constitue probablement qu'une pause sur le chemin de la hausse des taux de la banque, alors que le pays fait face à ce qu'il a décrit comme un recul économique temporaire lié à la forte baisse des prix du pétrole.

La banque centrale continuera à relever les taux une fois que le Canada aura surmonté la crise et que l'économie aura un nouvel élan, a-t-il déclaré. Une économie plus forte a encouragé M. Poloz à relever le taux directeur cinq fois depuis la mi-2017 afin d'éviter que l'inflation ne devienne trop écrasante.

Mais au cours des derniers mois, le nombre de Canadiens en difficulté financière a augmenté. Les faillites ont légèrement grimpé après être demeurées à des niveaux très bas pendant près d'une décennie.

M. Poloz a souligné que la banque avait été délibérément très prudente et très graduelle dans ses hausses, tout en rappelant aux gens que l'ère des taux bas ne durerait pas.

La Banque du Canada a annoncé qu'elle continuerait probablement à augmenter son taux directeur jusqu'à atteindre le niveau dit « neutre », compris entre 2,5 et 3,5 %. Cela signifierait entre trois et sept autres hausses d'un quart de point.

Benjamin Tal, économiste en chef adjoint chez CIBC Marché des capitaux, a déclaré qu'une très modeste augmentation du nombre de faillites avait commencé début 2018.

Si vous me demandez quelle est la direction pour l'année prochaine, clairement, c'est en hausse. Mais la situation ne sera pas terrible. Ce sera simplement un ajustement à des taux d'intérêt plus élevés.

Benjamin Tal, économiste en chef adjoint chez CIBC Marché des capitaux

Après avoir augmenté au cours de la récession de 2008-2009, le nombre d'insolvabilités a reculé et est resté faible pendant près d'une décennie.

Selon M. Tal, une plus grande préoccupation est que des coûts d'emprunt plus élevés pourraient forcer les gens à dépenser plus d'argent pour financer leur dette plutôt que pour la consommation.

Une baisse de la consommation peut affecter l'ensemble de l'économie et éventuellement entraîner des pertes d'emplois, a-t-il expliqué.

Le chômage est toujours la première raison des retards de paiement, a-t-il ajouté.

Finances personnelles

Économie