•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Triste anniversaire pour Raif Badawi

Des gens tiennent une banderole  devant l'hôtel de Sherbrooke pour dénoncer l'emprisonnement de du blogueur.
Une 211e manifestation d'appui à Raif Badawi s'est tenue à Sherbrooke. Photo: Radio-Canada / Marie-Hélène Rousseau

Une 211e manifestation en l'honneur du blogueur saoudien Raif Badawi, qui est détenu depuis l'été 2012, a eu lieu à Sherbrooke vendredi. Cette semaine marque un triste anniversaire puisqu'il y a quatre ans, il recevait 50 premiers coups de fouet.

Les habitués de ces rassemblements étaient à nouveau réunis devant l'hôtel de ville de Sherbrooke, comme ils le font tous les vendredis. Cette manifestation avait toutefois un caractère particulier étant donné qu'on soulignait la première fois que le blogueur a été soumis à des coups de fouet.

Rappelons que Raif Badawi a été condamné il y a 6 ans à 10 ans de détention ainsi que 1000 coups de fouet et une amende pour des propos tenus sur le site web « Libérez les libéraux saoudiens », de même que pour ses chroniques dans un journal du pays.

Le blogueur Raif BadawiLe blogueur Raif Badawi Photo : Radio-Canada

Les autorités saoudiennes lui reprochent d'avoir insulté l'islam. Au début des procédures, il faisait face à une accusation d'apostasie, un crime en Arabie saoudite, qui peut mener à la peine de mort.

Il aura subi jusqu'ici une seule séance de flagellation, puisque son état de santé ne permettait pas de continuer à lui infliger cette peine.

L'homme, qui n'a pas la citoyenneté canadienne, reçoit des appuis d'ici depuis presque six ans, puisque sa femme et leurs trois enfants vivent à Sherbrooke. Sa famille craint que ce supplice reprenne à tout moment.

Nous n'avons pas une vie normale, mais je garde espoir qu'il sera libéré un jour. Je dois garder espoir.

Ensaf Haidar, conjointe de Raif Badawi
Ensaf Haidar, la conjointe de Raif BadawiEnsaf Haidar, la conjointe de Raif Badawi Photo : Radio-Canada

La porte-parole d'Amistie internationale en Estrie, Mireille Elchacar, est toujours aussi préoccupée par le climat politique en Arabie saoudite, car depuis l'arrivée au pouvoir du prince héritier, il y a davantage d'arrestations de défenseurs des droits de l'homme.

« On est contents que dans la dernière année il y ait eu quelques gestes de posés quant aux prisonniers d'opinion. On est contents aussi de voir que des gens ont commencé à poser des questions, mais maintenant, ça doit aller plus loin. Évidemment, si on rompt le contrat d'armement, ça peut avoir des conséquences économiques, mais pour nous, la première préoccupation doit être celle des droits de l'homme », explique Mireille Elchacar.

La conjointe de Raif Badawi rencontrera le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, la semaine prochaine à Sherbrooke dans le cadre de la retraite du cabinet.

Ensaf Haidar compte lui demander à nouveau de faire pression sur les autorités saoudiennes pour obtenir la libération de son mari.

Estrie

Droits et libertés