•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gilbert Rozon poursuit l'acquéreur de Juste pour rire

Gilbert Rozon à l'émission Tout le Monde en Parle
Gilbert Rozon à l'émission Tout le Monde en Parle Photo: Radio-Canada
La Presse canadienne

Gilbert Rozon interpelle à nouveau les tribunaux : cette fois-ci pour demander à un juge de trancher des points litigieux du contrat de vente de ses actions de Gestion Juste pour rire, pour ultimement ne pas avoir à indemniser l'acheteur pour la perte alléguée de la valeur de l'entreprise, qui aurait été causée par ses démêlés judiciaires.

M. Rozon, le fondateur du Festival Juste pour rire, a vendu les actions de son entreprise dans la foulée des allégations d'agressions sexuelles révélées à son sujet l'an dernier.

Mais l'acheteur lui a rapidement envoyé des demandes d'indemnisation totalisant 4,2 millions de dollars, pour la perte de subventions gouvernementales, pour la perte de la commandite des Producteurs de lait du Québec et en raison du départ de l'humoriste Rachid Badouri, qui a annulé son contrat de production.

M. Rozon concède la perte de subventions, mais conteste les deux autres demandes d'indemnisation, ce qui laisse un total réclamé de 3,3 millions de dollars.

L'acheteur avait l'obligation par le contrat de fournir de l'information pour justifier ces deux réclamations, mais ne l'a pas fournie de façon satisfaisante, est-il allégué dans la procédure judiciaire déposée à la Cour.

Pour cette raison, M. Rozon demande à un juge de déclarer que l'acheteur n'a pas rempli ses obligations contractuelles, de telle sorte qu'il n'a pas droit aux indemnisations réclamées.

Procès et poursuites

Justice et faits divers