•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Violences sexuelles: Le Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue tarde à se conformer à la loi

Entrée principale du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue, campus de Rouyn-Noranda
Le Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue tarde à adopter sa politique visant à prévenir et à combattre les violences à caractère sexuel Photo: Radio-Canada / Boualem Hadjouti
Karine Mateu

Le Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue se retrouve dans liste des cégeps qui tardent à adopter une politique pour prévenir et combattre les violences à caractère sexuel.

Dans la province, deux universités et la moitié des cégeps du Québec n'ont pas encore adopté cette politique. Ils avaient pourtant jusqu'au premier janvier pour le faire.

Le gouvernement Legault a donc décidé de rendre publics, jeudi les noms des retardataires.

À l'émission Région zéro 8, le directeur général du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue, Sylvain Blais, a expliqué cette situation. Il assure que le cégep a bien l'intention d'adopter une politique pour prévenir et combattre les violences à caractère sexuel.

Sylvain Blais répond aux questions d'un journaliste hors-champ.Sylvain Blais, directeur général du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue Photo : Radio-Canada / Piel Côté

C'est un choix institutionnel, on souhaitait prendre davantage de temps pour consulter plus largement l'ensemble des intervenants au sein de l'institution pour s'assurer que ce qu'on va mettre en place ait une plus grande adhésion possible. On a donc jugé qu'il était préférable, malgré notre obligation, de retarder à plus tard cette adoption au conseil d'administration un peu plus tard.

L'adoption de la politique pour prévenir et combattre les violences à caractère sexuel par le conseil d'administration est prévue en mars et elle sera mise en application en septembre 2019, assure Sylvain Blais.

Abitibi–Témiscamingue

Politique provinciale