•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jeux de la Francophonie : « On est à la table et il y a une chaise vide devant nous » - Mélanie Joly

La ministre Mélanie Joly fait une annonce à Rogersville

La ministre Joly affirme que le sort des Jeux de la Francophonie 2021 repose principalement entre les mains du gouvernement du N.-B.

Photo : Radio-Canada / Michèle Brideau

Radio-Canada

De passage au Nouveau-Brunswick vendredi matin, la ministre fédérale responsable des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, a déclaré que son gouvernement négociait face à une « chaise vide » au sujet du financement des Jeux de la Francophonie 2021, qui doivent se tenir à Moncton et à Dieppe.

Le sort de ces Jeux est incertain depuis qu'on a appris que la facture pour leur tenue était passée de 17 millions de dollars à 130 millions.

Le nouveau gouvernement progressiste-conservateur au Nouveau-Brunswick a depuis exclu toute augmentation de sa contribution aux Jeux, qui devait se limiter à 10 millions de dollars au départ.

En ce qui concerne le gouvernement fédéral, une loi fédérale prévoit que sa contribution se limite à 50 % du coût de tels événements.

Malgré tout, les deux parties discutent pour tenter de sauver les Jeux. Le ministre fédéral des Affaires intergouvernementales, Dominic LeBlanc, a d'ailleurs rencontré cette semaine le ministre néo-brunswickois Robert Gauvin pour tenter de trouver une solution.

Or, de passage à Rogersville, au Nouveau-Brunswick, vendredi, pour une annonce de financement, la ministre Joly a semblé dire que les négociations entre les deux ordres de gouvernement n'allaient nulle part.

Nous, on est de bonne foi, on est prêts à soutenir à 50 % le financement des Jeux, mais présentement, on est à la table des négociations et il y a une chaise vide devant nous, a-t-elle déclaré.

Le vice-premier ministre et ministre de la Francophonie du Nouveau-Brunswick, Robert Gauvin, a envoyé une déclaration par courriel en réponse à Mélanie Joly : Les discussions avec le fédéral ne sont pas au point mort. Je suis en pourparlers avec le ministre Dominic LeBlanc et nous avons eu une bonne première rencontre cette semaine.

La responsabilité première de la tenue des Jeux revient au gouvernement du Nouveau-Brunswick, qui avait déposé la candidature de la province et a obtenu l'événement en 2015.

C’est vraiment le gouvernement du Nouveau-Brunswick, rappelle Mélanie Joly, en tant que membre à part entière de l’Organisation internationale de la Francophonie, qui a soumis sa candidature pour l’obtention des Jeux, donc dans les circonstances, c’est vraiment au gouvernement du Nouveau-Brunswick de prendre sa décision.

Un ultimatum

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, a toutefois lancé en décembre un ultimatum au gouvernement fédéral : s'il ne finance pas davantage les Jeux de la Francophonie 2021, ceux-ci seront annulés, a-t-il averti.

Une déclaration écrite du ministre Dominic LeBlanc, plus tôt cette semaine, ne laissait pas supposer que les discussions étaient au point mort entre les gouvernements fédéral et provincial. Au sortir de sa réunion avec le ministre Robert Gauvin, il affirmait que son gouvernement était « [déterminé] à travailler avec la province à la recherche d'une solution », tout en reconnaissant qu'Ottawa n'avait « pas reçu de proposition officielle du Nouveau-Brunswick ».

Francophonie

Politique