•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ports sur le Saguenay : nuisibles aux bélugas, selon Pêches et Océans Canada

Un béluga dans l'eau

Un béluga dans l'eau

Photo : Alexandre Shields

Radio-Canada

Selon Pêches et Océans Canada, la construction de deux ports majeurs dans le fjord du Saguenay pourrait avoir des effets négatifs pour les bélugas.

Un avis scientifique produit par le ministère fédéral vise directement les projets d'Énergie Saguenay et d'Arianne Phosphate.

Les deux futurs terminaux maritimes iraient à l'encontre des objectifs du plan de rétablissement du béluga du Saint-Laurent, selon l’étude. L'avis scientifique souligne que ces projets vont presque tripler le trafic maritime actuel dans le Saguenay d’ici 2030.

Cette augmentation du trafic maritime risque de nuire aux bélugas fréquentant assidûment le fjord du Saguenay et l’estuaire du Saint-Laurent, parce que les conditions actuelles de bruit auquel les animaux sont exposés seront altérées, peut-on lire dans l’étude.

En entrevue à l’émission Y’a des matins, le directeur du Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins (GREMM), Robert Michaud, a expliqué que les bélugas étaient surtout affectés par le bruit des navires, un grave facteur de stress.

Le fjord du SaguenayAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le fjord du Saguenay

Photo : Radio-Canada

Comme solution, les scientifiques proposent de préserver les endroits plus calmes, comme la rivière Saguenay.

Une des possibilités pour favoriser le rétablissement des bélugas, c’est de préserver ces zones-là, mentionne M. Michaud. On avait parlé de la notion de refuge acoustique, c’est-à-dire ces secteurs qui sont déjà tranquilles. Une des stratégies, ce serait de les garder calmes.

Tommy Tremblay, directeur général du Conseil régional de l’environnement et du développement durable (CREDD), prévoit une augmentation du transport dans le Saguenay d’ici une dizaine d’années.

C’est difficile de concevoir qu’on peut faire une omelette sans casser des œufs. Il y a des projets industriels, il y a une augmentation de la navigation commerciale dans le Saguenay, selon nos chiffres ça devrait doubler, voire tripler d’ici 2030 si tous les projets industriels se réalisent.

La version d’Arianne Phosphate

Du côté d'Arianne Phosphate, on précise par courriel que le transport du minerai nécessitera un seul bateau par semaine. De plus, on a prévu utiliser les navires de Rio Tinto qui s'en retournent vides après le déchargement de bauxite à La Baie. Ce projet n’entraînerait donc pas de trafic supplémentaire sur le Saguenay, selon le chef des opérations, Jean-Sébastien David.


Saguenay–Lac-St-Jean

Protection des espèces