•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’avenir du parc Atlas de Pointe-Verte incertain

Un lac dans un parc du Nouveau-Brunswick

Le parc Atlas coûtait trop cher au Centre des jeunes de Bathurst, selon son président sortant Jocelyn Ouellette. L'organisme a interrompu son partenariat avec le parc.

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le partenariat entre le Centre des jeunes de Bathurst et le parc Atlas de Pointe-Verte est rompu depuis décembre 2018. Le Centre des jeunes devait assurer la gestion et la continuité des activités du parc. Mais selon le Centre, il coûtait trop cher.

Un texte de Wildinette Paul

 Ce n’était pas viable , indique Jocelyn Ouellette, président sortant du Centre des jeunes de Bathurst.

« Il y avait plus d’argent qui sortait qu’il y en avait qui rentrait. Nous autres, on est juste une petite organisation. On ne pouvait pas courir le risque avec cela. »

— Une citation de  Jocelyn Ouellette, président sortant du Centre des jeunes de Bathurst

Au printemps 2017, le Centre des jeunes de Bathurst prend les rênes du parc Atlas. L’organisme allège ainsi le fardeau du Village Pointe-Verte qui manque de ressources financières et humaines pour assurer la pérennité du parc.

 Notre entente était de l’opérer deux ans et de voir si cela fonctionnait, si c’était financièrement viable pour le centre et la région. Après un an, on a vu que ça ne fonctionnait pas , regrette Jocelyn Ouellette qui était aussi l'instigateur du partenariat.

Surprise pour le village de Pointe-Verte

L’entente devait être bénéfique pour chacune des parties. Le village bénéficiait d’administrateurs pour la gestion du parc et le Centre des jeunes, de son côté, d’un terrain de jeu.

Des hommes et une femme qui pêchent dans un parc du Nouveau-Brunswick.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le parc Atlas de Pointe-Verte est un endroit idéal pour la pêche, assure la mairesse adjointe du village Brigitte Guitard.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Le conseil municipal de Pointe-Verte a appris la nouvelle à la fin du mois de décembre.   Ç’a été une surprise. On venait d’adopter les budgets. Comme déjà mentionné, on n’a pas pour l’année 2019 de plan en place pour faire fonctionner le parc Atlas tel qu’on le connaissait , affirme Brigitte Guitard, mairesse adjointe du village.

« Ça nous a pris au dépourvu. On est en train de se questionner sur l’avenir du parc Atlas. »

— Une citation de  Brigitte Guitard, mairesse adjointe du Village

Selon Mme Guitard, les activités ont cessé au parc.  Ce n’est pas habituel. En temps normal, l’hiver, il y a des personnes qui viennent faire de la pêche. C’est sûr que c’est un peu décevant. Des gens venaient voir notre beau village. 

Vendre le parc?

La mairesse adjointe de Pointe-Verte indique qu’un autre partenariat ou la vente du parc sont les deux solutions envisagées pour assurer sa survie.

 Une entité privée pourrait probablement fournir un potentiel de promotion pour le parc Atlas et le village de Pointe-Verte. Il y a aussi le tourisme et le développement de la région aussi parce que c’est un point d’attraction unique en son genre , assure Brigitte Guitard.

De son côté, Jocelyn Ouellette se désole de ne pas avoir pu maintenir le partenariat entre le Centre des jeunes de Bathurst et le parc Atlas.  Je suis vraiment désappointé. Ce que je voulais faire, c’était d’améliorer ça [le parc Atlas]. C’est comme un bijou dans la nature. On a décidé d’annuler notre entente. C’est malheureux, mais c’est mieux à long terme pour les jeunes de la région Chaleur , conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !