•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Métros bondés : la STM va évaluer le comportement des usagers entassés

Un métro bondé.
Il n'est pas rare de devoir laisser passer un ou plusieurs métro à l'heure de pointe avant de pouvoir embarquer. Photo: Radio-Canada
Thomas Gerbet

À l'heure de pointe, le métro de Montréal est-il vraiment rempli au point de ne plus pouvoir y entrer? Pas nécessairement, croit la Société de transport de Montréal (STM), qui constate que l'espace dans les rames est parfois mal utilisé par les usagers.

La STM va évaluer « la dynamique dans le train », essayer de comprendre « pourquoi les gens restent devant les portes », sans utiliser les espaces au fond des rames.

Le président du conseil d'administration de la société de transport, Philippe Schnobb, en a fait l'annonce lors d'une entrevue à l'émission Gravel le matin. L'analyse aura lieu cette année.

« On a beau avoir un train qui peut accueillir plus de gens, si les gens restent pris devant la porte... [ça ne règle pas le problème] », a expliqué Philippe Schnobb. Des spécialistes vont être mandatés pour examiner les habitudes des clients et tenter de trouver des solutions.

Les barres horizontales des nouveaux Azur sont trop hautes

Barres horizontales dans une rame de métro Azur.La STM a constaté que les barres horizontales des nouveaux métros Azur sont trop hautes pour de nombreux usagers. Photo : Radio-Canada / Thomas Gerbet

Plusieurs usagers évitent de se tenir debout dans le corridor des nouvelles rames Azur, car ils sont trop petits pour se tenir aux barres horizontales en hauteur.

Dès le premier jour, les gens m'ont dit que les barres sont trop hautes. Moi-même, je suis grand, et il faut que je m'étire pour les tenir.

Philippe Schnobb, président du conseil d'administration de la STM

Nous avons mesuré que les barres horizontales des vieux métros sont hautes de 1,85 mètre (6 pieds, 1 pouce) alors que celles des voitures Azur sont hautes de près de 2 mètres (6 pieds, 6 pouces).

Philippe Schnobb souhaite trouver « une solution simple », qui pourrait passer par l'installation de poignées en caoutchouc, comme dans les autobus.

La STM aimerait aussi que les usagers fassent preuve de plus de civisme, en retirant leur sac à dos durant l'heure de pointe et en le plaçant entre leurs pieds. Un autre geste civique serait de ne pas utiliser les strapontins des nouveaux Azur à l'heure de pointe pour que plus de monde puisse se tenir debout.

Il y a tellement de monde que notre marge de manoeuvre est un peu plus limitée.

Philippe Schnobb, président du conseil d'administration de la STM

La STM fait état d’une augmentation de 5 % de l'achalandage du métro en 2018 par rapport à 2017. Cette hausse frôle les 5,5 % sur la ligne orange. Il y a 9000 personnes de plus par jour, depuis un an, entre les stations Montmorency et Sherbrooke.

Entrevue avec Philippe Schnobb, président du C.A. de la STM

Deux nouveaux trains Azur neufs seront bientôt ajoutés sur la ligne orange et la STM envisage de miser sur de nouvelles lignes d'autobus pour permettre à plus de monde de se rendre au centre-ville sans prendre le métro. Philippe Schnobb veut « essayer de dégager le métro, pour lui donner de l'air, en attendant ».

L'ouverture du prolongement de la ligne bleue est prévue pour 2026 et elle devrait ajouter de l'achalandage sur la ligne orange. La STM ignore aussi si l'ouverture du Réseau express métropolitain aura des impacts positifs ou négatifs.

L'avis d'un sociologue du métro

Des usagers de la STM attendent le métro à la station Berri-UQAM.Les quais de la station Berri-UQAM sont souvent bondés à l'heure de pointe. Photo : Radio-Canada / Justin Hayward

Vincent Paris, professeur de sociologie au cégep de Saint-Jean-sur-Richelieu, s'intéresse aux interactions dans les lieux publics et notamment le métro.

Il pense qu'il sera « extrêmement difficile » de changer les comportements.

Plus il y aura de densité, moins les gens seront patients.

Vincent Paris, sociologue

« Si les usagers se mettent devant les portes, c'est qu'ils ont de bonnes raisons de le faire, explique le sociologue. Chaque individu est un acteur rationnel. Et quand vous placez une quantité d'acteurs rationnels devant une porte, ça donne cet effet-là. »

« Il va toujours y avoir de la déviance, ajoute-t-il. Si la STM veut corriger ça, ils peuvent mettre des policiers dans le métro qui donneront des contraventions. Mais je ne pense pas que les usagers vont apprécier. »

« Peut-être qu'on va en venir comme à Tokyo [au Japon], avec des gens de la STM avec des gants blancs qui vont nous pousser comme des sardines dans le métro. »

Grand Montréal

Transport en commun