•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Belles-sœurs, un texte toujours aussi poignant!

Plusieurs femmes sont assises devant une table et boivent.
Une scène de la comédie musicale Belles-sœurs Photo: Musicor spectacles
Anne-Josée Cameron

Présentée en novembre au Théâtre Capitole et en supplémentaire cette semaine, la nouvelle mouture des Belles-soeurs propose une version touchante et très bien interprétée de l'oeuvre de Michel Tremblay.

Créée en mars 2010, la version musicale des Belles-sœurs, signée Daniel Bélanger et René Richard Cyr, a remporté les honneurs autant ici qu’en France.

Le défi était donc de taille pour cette seconde distribution dans laquelle on retrouve entre autres Kathleen Fortin (excellente Germaine Lauzon), Sonia Vachon (tragiquement joyeuse Rose Ouimet) et Éveline Gélinas (la sœur déchue).

Regard sur les femmes

Écrit en 1968, le texte de Tremblay raconte l’histoire de Germaine Lauzon, ménagère et mère de famille, qui remporte le gros lot, c'est-à-dire un million de timbres à coller dans des carnets afin de commander des objets se trouvant dans un catalogue.

Pour la femme qui ne possède rien, c’est l’occasion de rêver à tout ce qu’elle va pouvoir se procurer. Elle invite donc ses amies à venir coller ses nouveaux timbres. La jalousie et l’envie seront au rendez-vous.

Portée par une scénographie aux couleurs tendres, la pièce se déroule dans la cuisine de la gagnante, une pièce blanche qui se transformera à l’occasion en chapelle ou en club.

La scène du bingo est extraordinaire. Le metteur en scène a choisi d’asseoir ses interprètes autour d’une table et de les faire bouger au ralenti, évoquant ainsi une dernière cène sous le signe de la folie.

L’acuité du regard que pose Tremblay sur ses femmes est toujours aussi épatante. Il dépeint à merveille la solitude et la complexité féminines. Aucune de ces femmes n’est heureuse, mais elles continuent d’avancer.

De très belles voix

Cette nouvelle distribution est excellente. Kathleen Fortin donne au personnage de Germaine beaucoup de force et de vulnérabilité. Elle possède une très belle voix qu'elle utilise avec intelligence.

La performance vocale d'Hélene Major est également très réussie, tout comme celle d’Éveline Gélinas. Les harmonies sont superbes et très agréables à écouter.

Résultat? 50 ans après sa création, Les Belles-sœurs de Michel Tremblay résonne encore auprès du public, peut-être encore davantage dans cette formule chantée.


Les Belles-sœurs, une pièce de théâtre musicale à voir au théâtre Capitole jusqu’au 13 janvier.

Québec

Comédie musicale