•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Énergie NB ressuscite son projet de compteurs intelligents

Un compteur électrique intelligent (archives)
Un compteur électrique intelligent (archives) Photo: AP/Toby Talbot

Énergie NB n'a pas renoncé à équiper ses abonnés de compteurs intelligents, même si le projet a été rejeté par l'autorité de réglementation provinciale en juillet dernier. Elle cherchera à obtenir l'appui du public avant de soumettre de nouveau son plan à la Commission de l'énergie et des services publics (CESP).

La Commission avait rejeté le projet parce qu’elle estimait que le coût de l’installation des compteurs serait supérieur aux profits qu’ils pourraient générer.

Le président-directeur général d’Énergie NB, Gaëtan Thomas, affirme que la société d’État a refait ses devoirs et que sa proposition comprend maintenant des données plus exactes sur les économies attendues des compteurs intelligents. La société entend consulter les municipalités et tenter de convaincre ses clients des avantages de ces appareils.

Les compteurs intelligents, dit-il, pourront calculer de façon plus précise la consommation d’électricité des abonnés et transmettre les données sans fil à une centrale.

Le PDG debout devant un mur avec la raison sociale de l'entrepriseLes compteurs intelligents mèneront à des économies d'énergie, assure le PDG d'Énergie Nouveau-Brunswick, Gaétan Thomas. Photo : Radio-Canada

Énergie NB pourrait, grâce à ces appareils, établir des tarifs variables pendant la journée pour encourager les abonnés à réduire leur consommation durant les heures de forte demande.

Pour les gens qui nous appellent ou qui ont une application mobile sur leur téléphone, on aura une meilleure idée de leur consommation pour les aider à économiser, à mieux comprendre leur facture, leur utilisation au quotidien, de jour à jour, d’heure en heure, pour qu’ils puissent mieux s’engager dans des programmes d’efficacité énergétique, expliquait l’an dernier Michel Losier, le directeur général des services d’efficacité énergétique d’Énergie NB.

Nouvelle approche, nouveaux calculs

Selon Gaëtan Thomas, Énergie NB n’a pas servi sa cause l’an dernier en soumettant son projet de compteurs intelligents à la CESP en même temps qu’une demande de hausse des tarifs. Elle a ainsi donné l’impression que les deux étaient liés, selon lui, alors que la demande de hausse avait très peu à voir avec les compteurs intelligents.

Cette année, les demandes sont faites séparément, précise-t-il. La demande de hausse des tarifs a déjà été déposée; celle qui concerne les compteurs intelligents suivra à une date qui n’a pas encore été déterminée.

En ce qui concerne les économies que les compteurs intelligents pourraient générer, Énergie NB a refait ses calculs. Elle estime maintenant qu’elle pourrait réduire la consommation énergétique de 1 à 2 %, plutôt que de 0,4 %, le chiffre présenté l’an dernier.

Avec les renseignements de Hadeel Ibrahim, CBC

Nouveau-Brunswick

Énergie