•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les organismes de bienfaisance d'Ottawa s'empressent de modifier les boîtes de dons après des accidents mortels

Un homme ouvre la trappe d'une boîte de dons.
Les organismes de bienfaisance doivent modifier leurs boîtes de dons à la suite de plusieurs incidents survenus dans d'autres villes canadiennes. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Les organismes de bienfaisance responsables des boîtes de dons de vêtements à Ottawa s'empressent de les réparer après une série d'incidents dans d'autres villes où des gens sont restés coincés à l'intérieur, ce qui a causé plusieurs décès.

Nous travaillons en collaboration avec le fabricant pour améliorer ou modifier chaque boîte à travers le Canada afin d'éviter que cela ne se reproduise, a déclaré Kathleen Powderley, une porte-parole de Diabète Canada.

Le problème, c'est une trappe conçue pour prévenir le vol, mais qui peut aussi piéger les personnes qui se penchent loin dans les boîtes. Plus tôt cette semaine, une femme de Toronto est morte dans une boîte de dons, et la Presse canadienne a rapporté la semaine dernière que sept autres personnes au Canada, surtout en Colombie-Britannique, ont péri de la même façon depuis 2015.

Le fabricant des boîtes impliqué dans la tragédie de Toronto, Rangeview Fabricating, a arrêté la production et exhorte les organismes de bienfaisance à retirer les barres antivol et à ajouter des avertissements.

Rangeview fournit également des bacs à l'organisme Diabète Canada. Dans une déclaration écrite sur son site Web, l'organisme de bienfaisance a affirmé qu'il avait déjà terminé 240 changements sur ses boîtes en Ontario et qu'il prévoyait réparer un total de 4000 boîtes partout au pays d'ici le 18 janvier.

Selon l'organisme, les dons de vêtements et de petits articles ménagers constituent une source importante de revenus, soit le quart de ses revenus totaux en 2017. Maintenant, l'organisme de bienfaisance devra assumer le coût de la main-d'œuvre et de certaines pièces nécessaires pour effectuer les travaux, a expliqué Mme Powderley.

D'autres organismes de bienfaisance ayant des bacs à Ottawa ont indiqué qu'ils travaillent également avec leurs fournisseurs pour effectuer des améliorations, notamment la Fédération ontarienne de la paralysie cérébrale, qui exploite 60 boîtes dans la Ville, ainsi que la Fondation Rêves d'enfants du Canada, qui en compte 41.

Toutes les boîtes ne sont pas dangereuses

D'autres exploitants d'organismes de bienfaisance disent que leurs modèles de boîtes sont sécuritaires.

L'organisme Ottawa Neighbourhood Services exploite environ 25 boîtes à travers la ville, mais ils sont faits de bois avec un simple rabat sur l'ouverture, a déclaré Patricia Lemieux, présidente du conseil d'administration de l'organisme.

Il n'y a rien qui se referme ou se referme sur vous, a soutenu Mme Lemieux.

Une femme devant une boîte de dons.Patricia Lemieux, présidente du conseil d'administration de l'organisme Ottawa Neighbourhood Services, a déclaré que les gens ne risquent pas de se retrouver coincés dans les vieux bacs en bois utilisés par son organisme. Photo : Radio-Canada / Susan Burgess

Selon un communiqué publié jeudi par les Grands Frères Grandes Sœurs d'Ottawa, les 19 bacs de l'organisation sont « placés stratégiquement dans des endroits bien éclairés et très fréquentés près des caméras, ce qui aide à atténuer les risques ». L'organisme de bienfaisance a néanmoins déclaré qu'il apposerait immédiatement des affiches d'avertissement sur les boîtes.

Aucune mesure spéciale n'est prévue à Ottawa

Après le décès de cette semaine, le maire de Toronto, John Tory, a annoncé qu'il demanderait une révision du système de collecte des dons à Toronto, y compris l'emplacement des boîtes, leur conception et s'il s'agit de la meilleure façon de recueillir les vêtements.

À Ottawa, les organismes de bienfaisance peuvent demander à la Ville la permission de placer des bacs sur les propriétés de la Ville, tandis qu'un règlement municipal de 2013 énonce les règles relatives aux boîtes sur les propriétés privées. Le règlement exige que les exploitants de bacs respectent les règles de la Ville en matière de normes et d'entretien, mais il ne traite pas spécifiquement de la sécurité des boîtes de dons. Pour le moment, aucune révision des règlements n'est prévue, a déclaré Livia Belcea, porte-parole du maire d'Ottawa, Jim Watson. Notre bureau continuera de surveiller les développements et les éventuels nouveaux règlements sur les boîtes de dons de vêtements dans d'autres municipalités.

Avec les informations de Susan Burgess

Ottawa-Gatineau

Accidents et catastrophes