•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un lock-out qui fait mal à l’économie de la région

Pancarte extérieure de l'ABI l'hiver avec des pancartes syndicales en avant
Les 1030 travailleurs de l'Aluminerie de Bécancour inc. (ABI) sont en lock-out depuis le 11 janvier 2018. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

En un an, le groupe MBI est passé de 80 à 15 employés. C'est l'une des conséquences sur l'économie régionale qu'a le lock-out décrété par la direction de l'Aluminerie de Bécancour inc. (ABI).

Au déclenchement du conflit de travail, le 11 janvier 2018, les sous-traitants de l’ABI ont perdu un important client avec qui ils avaient l’habitude de transiger sur une base régulière.

Entreprise de l'extérieur en hiver Les services offerts par le groupe MBI de Bécancour servent principalement à des industries comme l'ABI. Photo : Radio-Canada / Jef Fortier

Le groupe MBI est situé dans le parc industriel de Bécancour, près de l’aluminerie. Son expertise dans le domaine réfractaire et de la protection anticorrosive sert à des entreprises comme l’ABI.

Sans ce client, la direction a dû réduire considérablement sa main-d’oeuvre et songe à laisser partir encore d’autres employés tant que le conflit ne se règlera pas.

Homme devant un mur de balayeuseMartin Lord, propriétaire des Ateliers R. Vallée, à Trois-Rivières Photo : Radio-Canada

Martin Lord a développé le créneau des aspirateurs industriels dans son commerce de Trois-Rivières, il y a cinq ans, parce qu’il avait constaté que l’ABI pourrait être un de ses acheteurs.

Ses ventes d’aspirateurs industriels ont toutefois chuté de moitié depuis qu’il a perdu son principal client.

L'avantage, quand on a eu ABI comme client, c'est que c'est une très bonne carte de visite dans les autres entreprises, alors on essaie d'aller ailleurs, mais quand même, il y a un gros manque à gagner comparativement au chiffre d'affaires qu'on avait avant le lock-out, explique le propriétaire des Ateliers R. Vallée, Martin Lord.

L'urgence de trouver de nouveaux clients

Située à quelques minutes de l'Aluminerie de Bécancour, l’entreprise HM Métal inc. fabrique des structures de métal sur mesure.

Elle a réussi à trouver de nouveaux clients et à garder la cinquantaine d'employés à l'oeuvre.

Gens qui se parlent dans un bureauLe copropriétaire de HM Métal inc., Gabriel Neault (à droite), avec l'un de ses employés Photo : Radio-Canada

Cependant, comme les autres entrepreneurs du secteur, le copropriétaire Gabriel Neault aimerait que les affaires reprennent avec l’ABI.

Idéalement, l'ABI repartirait et on pourrait les retrouver comme bon client récurrent, dit-il.

Par ailleurs, des restaurateurs de Bécancour ont remarqué un changement dans la clientèle. Par exemple, les employés des compagnies qui transigeaient avec l’ABI sont moins présents qu’avant.

D'après le reportage de Claudie Simard

Mauricie et Centre du Québec

Relations de travail