•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'évaluation environnementale du projet Galt suscite la colère des Micmacs

Il est posé à l'extérieur, légèrement de profil. Il porte des lunettes et regarde directement la caméra.
Gary Metallic s'oppose à l'exploitation d'hydrocarbures sur le site Galt, près de Gaspé. Photo: Radio-Canada / Isabelle Larose
Catherine Poisson

Le ministère québécois de l'Environnement a annoncé le 2 janvier, par avis public, qu'il allait procéder à l'évaluation environnementale du projet Galt près de Gaspé. Ce processus devrait mener le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) à se pencher sur l'initiative de la société Cuda Pétrole et Gaz, mais cette annonce suscite la grogne chez les communautés micmaques de la Gaspésie.

Le chef héréditaire du Grand Conseil Mi’gmaq de la Gaspésie, un gouvernement traditionnel de Listuguj, Gary Metallic, déplore que le gouvernement aille de l'avant avec l'évaluation environnementale.

Le ministère de l'Environnement a l'obligation légale d'amorcer une évaluation environnementale dès qu'un avis de projet lui est soumis, ce qui s'est produit il y a quelques semaines. L'entreprise Cuda Pétrole et Gaz, anciennement Junex, a présenté un avis en vue d'obtenir l'autorisation d'exploiter le gisement Galt Sud-Ouest.

M. Metallic souligne néanmoins que l'exploitation pétrolière représente un risque important pour l'environnement et dénonce le manque d'informations disponibles pour les Micmacs.

Il n'est d'ailleurs pas le seul à faire cette dénonciation; dans une vidéo publiée sur sa page Facebook jeudi, l'artiste micmac Quentin Condo déplore que les informations fournies par le gouvernement, notamment le formulaire de consultation publique en ligne, ne soient disponibles qu'en français, ce qui les rend difficilement accessibles pour ceux qui ne parlent qu'anglais ou qui ont de la difficulté à lire le français.

Dans sa vidéo, le rappeur invite la population à se mobiliser pour informer leur communauté et tenter de contrer le projet Galt.

Malaise médiatique

De son côté, le Secrétariat Mi'gmawei Mawiomi a indiqué qu'il n'accorderait plus d'entrevues sur le sujet puisqu'un article de La Presse publié jeudi matin aurait déformé les propos du responsable des communications, Donald Jeannote-Anglehart.

L'article laisse croire que les Micmacs ont été pris de court par l'annonce du 2 janvier, alors que M. Jeannote-Anglehart assure qu'ils avaient été prévenus par le gouvernement Legault que l'évaluation environnementale serait lancée sous peu.

Le Secrétariat Mi'gmawei Mawiomi a donc choisi de ne plus accorder d'entrevues pour ne pas nuire aux négociations qui se poursuivent avec le gouvernement québécois au sujet de la façon dont seront consultées les communautés autochtones de la région. Un communiqué sera toutefois publié sous peu afin de clarifier le point de vue de l'organisation, a précisé M. Jeannote-Anglehart.

Devant une grande tente improvisée, une affiche permet de lire : Non fracturation.Des militants écologiques ont occupé le site Galt pendant un an. Photo : Radio-Canada

Le site de Galt a été occupé pendant un an par des militants écologiques qui cherchaient à empêcher l'exploitation d'hydrocarbures sur le site. Les militants ont mis fin à l'occupation au début du mois de septembre, disant qu'ils ne voyaient pas la pertinence de poursuivre leur action puisque Junex n'avait toujours pas obtenu de bail d'exploitation et qu'aucun forage n'était prévu.

Plusieurs Autochtones, dont Gary Metallic, avaient donné leur appui à cette occupation pacifique.

Au moment de publier, le ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques n'avait pas retourné nos demandes d'entrevue.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Autochtones