•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le marché immobilier de Montréal croît plus rapidement qu'à Vancouver ou à Toronto

Une pancarte « vendu ».
Le prix médian d'une propriété de la région du Grand Montréal a franchi la barre des 400 000 $ lors du quatrième trimestre de 2018. Photo: La Presse canadienne / Graham Hughes
Radio-Canada

Le prix des propriétés dans le Grand Montréal a fait un bond appréciable d'octobre à décembre, si bien que pour un deuxième trimestre de suite, le taux de croissance des prix dans le secteur de l'immobilier a été plus important dans la métropole québécoise qu'à Toronto ou à Vancouver.

C’est du moins ce qui ressort d’une étude menée par l'agence immobilière Royal LePage. L’entreprise précise toutefois que, pour une propriété similaire, les acheteurs doivent encore débourser le double dans le Grand Toronto et le triple dans le Grand Vancouver.

« Le marché immobilier de [Montréal] a repris le rythme et attiré la demande de par sa stabilité », indique l’étude. Dominic St-Pierre, vice-président et directeur général de Royal LePage pour la région du Québec, ajoute que 2018 a été « l’année de tous les records sur le marché immobilier du Grand Montréal ». Il croit que la métropole maintiendra sa position de tête sur le marché immobilier canadien pour l’année 2019.

Les données de l’étude sur le prix des maisons de Royal LePage établissent le prix médian des propriétés – condos, maisons de plain-pied et maisons à deux étages – du Grand Montréal à 407 230 $ pour le quatrième trimestre de 2018, une augmentation de 4,1 % comparativement à la même période en 2017.

Dans le Grand Toronto, la hausse des prix au quatrième trimestre de 2018 par rapport à la même période en 2017 a atteint 3,4 % – pour s’établir à 843 641 $ – et dans le Grand Vancouver, 2,2 % – pour s’établir à 1 275 965 $, le prix médian le plus élevé au Canada.

Pour l’ensemble du pays, le prix médian d’une propriété au quatrième trimestre était de 631 233 $, soit 4 % de plus que pour la même période un an plus tôt.

Le Grand Montréal au premier rang pour y rester

Dans le Grand Montréal, toujours au quatrième trimestre, le prix médian des maisons à deux étages a atteint 517 190 $, une hausse de 3,5 % par rapport à la même période en 2017, indique l’étude. Le prix médian des maisons de plain-pied s’est établi à 315 257 $, un bond de 5,1 % d’une année à l’autre. Quant au prix médian des condos, il a augmenté de 4,9 % et était de 328 254 $.

Dans l'Ouest-de-l'Île, la croissance du prix médian des maisons à deux étages s’est un peu calmée à la suite de quelques trimestres fulgurants et s’établit à 522 701 $. C’est le prix des maisons de plain-pied qui a pris le relais, avec un bond de 11,1 % au quatrième trimestre par rapport à 2017 pour atteindre 403 752 $. « Nous expliquons ce revirement de situation par la demande concentrée pour les maisons à deux étages dans une fourchette de prix de 300 000 $ à 350 000 $, ce qui est sous la médiane », indique M. St-Pierre.

Pour ce qui est du nombre de propriétés vendues au quatrième trimestre dans le Grand Montréal, Royal LePage établit que les maisons de plain-pied ont fait un bond de 0,3 %, les maisons de deux étages, de 2,6 %, et les condos, de 11,8 %, comparativement à la même période en 2017.

Et que nous réserve 2019? Avant même la publication de son étude sur le prix des maisons, Royal LePage avait indiqué que le Grand Montréal devrait se maintenir au premier rang des villes canadiennes pour la hausse du prix des propriétés, avec une augmentation de 3 %, contre 1,3 % dans le Grand Toronto et 0,6 % dans le Grand Vancouver.

« Le Grand Montréal restera un marché à l’avantage des vendeurs pour 2019, et probablement au-delà. Il y a une frénésie dans le marché montréalais due à son abordabilité par rapport aux autres villes canadiennes et aux conditions économiques qui n’ont jamais été aussi bonnes, incluant la hausse des salaires », conclut Dominic St-Pierre.

Immobilier

Économie