•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'avocat Jean-Roch Parent radié provisoirement par le Barreau

Jean-Roch Parent, avocat de la défense
Jean-Roch Parent, avocat de la défense Photo: Radio-Canada
David Rémillard

Visé par plusieurs plaintes disciplinaires, l'avocat criminaliste Jean-Roch Parent est radié provisoirement par le Barreau du Québec, qui invoque « la protection du public ». Une mesure d'urgence et considérée comme exceptionnelle.

La décision a été rendue officiellement le 4 janvier par le Conseil de discipline du Barreau du Québec, dans un document de 131 pages.

En vertu de cette décision, il est interdit à Jean-Roch Parent de pratiquer jusqu'à nouvel ordre, et ce jusqu'à la fin des procédures disciplinaires.

Le syndic du Barreau lui incombe plusieurs manquements déontologiques, des propos indignes de la profession tenus en salles d'audience et un comportement erratique.

« Il aurait mal agi ou tenu des propos inappropriés envers 3 juges, 4 procureurs de la poursuite ou agissant à ce titre et un agent du service correctionnel, en plus d’avoir fait preuve de négligence et d’un manque de diligence à l’endroit d’un client », explique-t-on dans le document.

Cinq plaintes

Entre octobre 2017 et novembre 2018, Jean-Roch Parent a fait l'objet de 5 plaintes lui reprochant 28 infractions au Code de déontologie des avocats, au Code des professions et au Règlement sur la comptabilité et les normes d’exercice professionnel des avocats.

La plus récente plainte a été déposée par un client de Me Parent le 22 novembre dernier.

Le client en question déplore notamment que l'avocat ne se soit pas présenté à une audience quelques jours plus tôt, et ce sans prévenir.

Le juge qui siégeait alors a déclaré qu'il n'avait jamais vu de situation « aussi grave » au cours de sa carrière.

Le plaignant ajoute que l'avocat était difficile à joindre et que plusieurs informations relatives à son dossier ne lui ont pas été transmises.

Requête d'urgence

Dans la foulée de cette récente plainte, le syndic du Barreau du Québec a déposé le 3 décembre une demande de radiation provisoire d'urgence devant le Conseil de discipline du Barreau.

En vertu de l'article 133 du Code des professions, la radiation provisoire peut être envisagée lorsque la protection du public l'exige.

« Il s'agit d'une mesure d'exception » qui « revêt un caractère d’urgence [et] requiert d’agir avec diligence », mentionne le conseil de discipline dans sa décision.

Deux des cinq plaintes évoquées sont aujourd'hui réglées.

Jean-Roch Parent a été déclaré coupable, en juin dernier, d'avoir tenu des propos à caractère sexuel à une collègue avocate.

L'avocat a été acquitté en décembre de trois des quatre infractions dont il faisait l'objet pour une plainte déposée en février.

Procès criminel

Outre ses déboires avec le Barreau, Jean-Roch Parent devra subir un procès criminel à compter du 4 février.

Il est accusé d'entrave et de menace de causer des lésions à un policier. « Si tu me retouches, je vais te cogner », avait-il lancé à un agent de la paix

Rappelons que Jean-Roch Parent est un ancien procureur de la Couronne.

Il a perdu son emploi au Directeur des poursuites criminelles et pénales en 2015.

Il avait plaidé coupable à des accusations de harcèlement criminel et de bris d'engagement. Il avait obtenu une absolution conditionnelle.

Québec

Justice et faits divers