•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Érosion aux Îles-de-la-Madeleine : une facture trop élevée pour les Madelinots

Paysage d'hiver aux Îles-de-la-Madeleine
Falaises et plages sont menacées par l'érosion aux Îles-de-la-Madeleine Photo: Radio-Canada / Martin Toulgoat
Martin Toulgoat

La municipalité des Îles-de-la-Madeleine espère toujours que Québec va créer un fonds spécial destiné à l'archipel pour protéger des sites menacés de disparition à la suite de l'importante tempête qui a frappé le 29 novembre. La violence de la tempête a accéléré l'érosion côtière.

La Ville a ciblé six endroits qui nécessitent une intervention urgente et elle souhaite que le gouvernement Legault en finance la majeure partie pour éviter de refiler la facture aux contribuables madelinots.

Le Site historique de la Grave sera priorisé par la Sécurité civile, mais les travaux pour protéger l'ensemble des sites menacés coûteront cher.

Seulement pour le secteur de la Grave, donc environ 300 à 500 mètres de protection, on parle d'un ouvrage qui va coûter autour de 5,4 millions avec une part du milieu de 1,4 million.

Jonathan Lapierre, maire, municipalité des Îles-de-la-Madeleine

Quand on fait référence à une part du milieu, c'est un emprunt que la ville doit faire au frais des contribuables, explique le maire.

Le maire des Îles-de-la-Madeleine demande un fonds spécial pour lutter contre l'érosion Le maire des Îles-de-la-Madeleine demande un fonds spécial pour lutter contre l'érosion Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Actuellement, l'enveloppe réservée à la protection des berges contre l'érosion est de 45 millions pour tout le Québec, alors que les besoins sont beaucoup plus élevés, uniquement pour les Îles.

Le maire a rencontré la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, à la fin décembre pour la convaincre que son gouvernement réserve un fonds spécial, uniquement pour l'archipel.

Je pense que tous ceux qui ont été rencontrés au cours des dernières semaines, du dernier mois, dit le maire, ont été à même de constater la limite budgétaire d'une communauté comme les Îles pour contrer un phénomène aussi puissant.

Le site touristique de l'Anse-aux-Baleiniers fait partie des endroits fragilisés par la tempête du 29 novembre 2018Le site touristique de l'Anse-aux-Baleiniers fait partie des endroits fragilisés par la tempête du 29 novembre 2018 Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Prévenir pour éviter des mesures coûteuses

Avant que la situation devienne irréversible et impose des mesures de protection extrêmement coûteuses, comme de l’enrochement ou une recharge de plage avec du galet, Attention frag'Îles tente de ralentir les effets de l'érosion.

Depuis 30 ans, l'organisme travaille à encadrer l'accès à certains sites et à protéger, avec des mesures naturelles, les dunes qui ont été fragilisées par la présence humaine.

Plages glacées aux Îles-de-la-MadeleineBerges sous les glaces aux Îles-de-la-Madeleine Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

On a travaillé beaucoup avec le Club VTT et avec les chasseurs dans certains secteurs où il y a de la chasse ou différentes activités qui se passent sur les plages pour, par exemple, au lieu d'avoir dix accès à un même endroit, en choisir un seul avec les utilisateurs, explique la directrice générale d'Attention frag'Îles, Marie-Ève Giroux.

Glaces et rivages dans l'archipelLa vague n'est jamais loin aux Îles Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

L’idée est de colmater les brèches laissées par la présence humaine sur les dunes qui agissent déjà comme protection naturelle contre les assauts de la mer.

Une dune, c'est une barrière de protection de la mer à l'intérieur des terres, donc c'est une zone tampon qui vient absorber l'énergie de la mer et qui vient protéger des milieux naturels qui sont derrière comme des milieux humides. Ça vient aussi protéger des nappes phréatiques ou des infrastructures. 

Catherine Leblanc-Jomphe, géographe, Attention frag'Îles
Catherine Leblanc-Jomphe est géographe pour l'organisme Attention frag'ÎlesCatherine Leblanc-Jomphe est géographe pour l'organisme Attention frag'Îles Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

L’organisme utilise des matériaux biodégradables pour rétablir la protection des dunes.

Nous, on travaille avec des techniques de restauration souples, il y a différents types de structures, on passe des capteurs de sable, à la plantation d’ammophiles , ajoute la géographe.

Par ailleurs, avec tous les défis qu'apporte l'érosion, exproprier éventuellement des résidences ne serait pas un enjeu aux yeux de la Municipalité, puisqu'elle interdit déjà depuis 10 ans la construction de nouvelles maisons à moins de 30 mètres du rivage.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Changements climatiques