•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des bénévoles du Centre-du-Québec en sécurité au Burkina Faso

Un Québécois qui montre un appareil photo à des enfants
Les bénévoles du Centre-du-Québec apportent leur soutien à un orphelinat, une coopérative agricole, un centre pour femmes ainsi qu'une clinique visuelle. Photo: Facebook
Radio-Canada

Cinq bénévoles du Centre-du Québec qui mènent actuellement une mission humanitaire au Burkina Faso, ce pays d'Afrique où la Sherbrookoise Édith Blais est disparue, affirment se sentir en sécurité.

Les proches d'Édith Blais sont sans nouvelle de la femme de 34 ans depuis le 15 décembre.

Par mesure préventive, le groupe de Centriquois s'est doté d'un plan d'évacuation et d'un refuge secret en cas d'incident.

Si un événement malheureux devait survenir, les participants ont planifié d’emprunter un chemin détourné pour se rendre dans la capitale, Ouagadougou, puis vers l'aéroport.

C'est la première chose qu'on a demandée [un plan d’évacuation et un refuge] à nos partenaires ici, pour assurer notre sécurité, explique le leader du groupe, Richard Leroux.

Il ajoute que les participants ne se déplacent jamais seuls, jamais en soirée et ne fréquentent pas la capitale.

On se sent en sécurité, on ne prend pas de risque, précise M. Leroux qui est un habitué des missions au Burkina Faso.

Malgré tout, la présence des Centriquois dans cette région de l'Afrique inquiète grandement leurs proches, depuis la médiatisation de l'enlèvement d’Édith Blais.

Genre devant des bagages en hiverUne partie du groupe du Centre-du-Québec qui est en mission humanitaire au Burkina Faso Photo : Facebook

Les cinq bénévoles participent à une mission humanitaire en banlieue de Koudougou, la troisième ville en importance au Burkina Faso, depuis le 29 décembre.

Les bénévoles québécois apportent leur soutien à un orphelinat, une coopérative agricole, un centre pour femmes ainsi qu'une clinique visuelle.

Richard Leroux dit qu’il a peu entendu parler de la disparition de la femme de 34 ans et de son copain italien par la population locale.

On a très peu d'écho de cette situation-là. Ce qu'on entend, c'est par les médias québécois, dit-il.

Le retour du groupe est prévu samedi.

D'après les informations de Maude Montembeault

Mauricie et Centre du Québec

Disparition